Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 18 novembre 2009

All Blacks, plus phénomènes d'image ou champions de rugby?

mirco_bergamasco_italia_nuova_zelanda.jpgJe joue au rugby depuis environ vingt ans mais sincèrement quinze minutes ainsi je ne les avais jamais vues. Samedi passé, le 14 novembre au Stade San Siro à Milan s'est disputée la Cariparma Test Match Italie entre les Azzurri de la nationale italienne de rugby et les Néo-Zélandais All Blacks. En théorie, un après-midi qui n'a pas précédents dans l'histoire sportive italienne, avec un temple du football comme San Siro à Milan aussi plein et aussi différent. Tous du même côté, comme lors d'un grand concert. Et peut-être étais-ce vraiment ainsi, quatre-vingt mille personnes,  venues pour les rock star en noir, et dans le fond tellement décevants.

 


italia_nuova_zelanda_rugby_tom_donnelly_alessandro_zanni_tackle_ap.jpgCependant ces dernières quinze minutes - de la trentième au terme de la récupération - ont été beaucoup plus qu'un but. Ils ont été une petite humiliation pour les All Blacks qu'un arbitre un peu perfide a laissé là, à mariner, en évitant avec un peu de perversion de concéder un but technique aux bleus qui aurait permis aux blacks de sortir de cet angle du terrain.

Une équipe un peu plus de forte que l'Italie, meilleure à jouer au rugby, aurait marqué d'une autre façon. Les joueurs italiens savent faire peu avec les mains, mais quant à des muscles et à des couilles ils ne défigurent devant personne. Il en est sorti alors ce final surréel, avec le sadique Mr. Dickinson, australien, qui sifflait comme une machine à vapeur, captain Parisse qui faisait disparaître pour un instant l'ovale dans une main et avec l'index indiquait le terrain: tous à terre à nouveau, en mêlée. Et les Néo-Zélandais qui haletaient comme un bassin de poissons. Ensuite il est même vrai que les azzurri sont toujours là, avec leur fantastique paquet d'avants, qui pousse mais ne défonce pas. Ils jouent quelques fois match nul avec les bons, mais ils ne gagnent plus.

italia_nuova_zelanda_rugby_mischia_all_blacks_azzurri_ap.jpgMaintenant les honorables défaites, aux supporters italiens, leur sortent des yeux. Ils voudraient peut-être même peu honorablement gagner. Ou bien peu honorablement perdre, de façon à sortir de l'embarras et donner libre cours à des critiques dures qui bougent quelque chose ou quelqu'un. Peut-être les protagonistes de cette pitrerie qu'est devenue la participation italienne au Celtic League. Mais nous restons sur le terrain et en mêlée. Nous essayons encore de penser que celle-là soit la plate-forme d'un nouveau départ, avec une phase défensive finalement parfaite dans les emplacements et dans les repositionnements. Si cela pourrait suffire à faire une figure qui ne soit pas de bois au prochain Six Nations, je ne saurais pas le dire.

italia_nuova_zelanda_rugby_haka_all_blacks_kamate.jpgMais entre-temps permettez-moi une série de méchantes questions: combien pourraient valoir sur le marché les All Blacks si, par un absurde hasard, ils décidaient d'arrêter de mettre en scène la Haka? Combien de spectateurs y aurait-il eu à San Siro si au lieu de la Nouvelle Zélande en vaisseau spatial, était descendue à Milan avec un avion normal l'Afrique du Sud, champion du monde en titre (qui entre autre a évincé les All Blacks lors du dernier Tri Nations...)? Combien y a t'il de sportif et combien de commercial dans l'une des plus florissantes entreprises du monde? D'accord, nous sommes sur une planète étrange: celle du rugby, qui comme je disais ci avant, permet même de vivre pour beaucoup de temps seulement d'honneur, sans résultats. Comme ces amoureux qui se disent vivre d'amour et d'eau fraîche.

Ce n'est pas par hasard cependant que j'ai parlé de vaisseau spatial noir. Parce que tous ceux qui vivent à Milan s'en sont aperçus: il y a les All Blacks en ville. Partout, dans chaque angle. En chair (et beaucoup de chair) et en os, ou bien en figurines, photographies, affiches. À jouer et à cuisiner, à s'entraîner et à visiter des expositions. À faire des photo, ou bien le tour des locaux. Le Brésil du football ou l'équipe nationale américaine de basket auraient fait le quart du bruit qu'on fait les All Blacks. À ce propos, le lieu commun veut que la Nouvelle Zélande soit le Brazil de l'ovale. Peut-être, mais si nous nous mettons à regarder le tableau d'honneur de la Coupe du Monde, nous nous rappellerons que les Blacks l'ont gagné une seule fois, à domicile, la première édition de 1987. Une fois comme l'Angleterre, contre deux fois pour l'Australie et l'Afrique du Sud. Au dernier Mondial ils ont été évincés par les français aux quarts de finale. Mais le mythe résiste et le public court en pèlerinage adorant, presque mystique. Chacun veut une petite part de ce mythe lointain et même la caisse enregistreuse continue à tourner à la folie.

Ecrit par Luis Batista

QR-Code de l'article: All Blacks, plus phénomènes d'image ou champions de rugby?

qrcode

 

 

Disclaimer

Adverbum ne représente pas une publication journalistique et est ajourné sans aucune périodicité.

L'auteur du blog n'est pas responsable du contenu des commentaires au post, ni du contenu des sites y reliés.

Quelques images et le matériel multimédia en général insérés dans ce blog sont tirés d'internet et, par conséquent, considérés de notoriété publique; au cas où leur publication violerait des éventuels droits d'auteur, il est prié de le communiquer via email et la publication sera immédiatement enlevée.


11:24 Écrit par LuisB dans Opinion, Sport | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : sport, opinion, rugby, italie, nouvelle-zélande, all blacks, azzurri, test-match, san siro, haka | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

Great

Écrit par : Mirella | jeudi, 19 novembre 2009

Les commentaires sont fermés.