Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 21 avril 2010

L'or et son éternel pouvoir entre mythe et histoire

I-181-0137.jpgOu bien, quand l'or parle, comme le dit Erasme de Rotterdam, l'éloquence est dépourvue de force? Retournera-t-il dans les viscères de la terre, comme le prévoyait Maynard Keynes, «après s'être élevé dans le haut des cieux, comme le soleil et la lune»? Ou bien circule-il impétueusement, comme il arrive aujourd'hui, à la lumière du soleil, dans l'ordre des trillions de dollars, euros par jour? Encensé ou maudit, l'or semble inévitable. En a-t-il été toujours ainsi?


42-20392501.jpgCertainement non. Il fut un temps dans lequel le sauvage jouait à pépites avec ses petits. Mais pour autant que nous poussions le regard dans le fond de l'histoire nous apercevons la lueur de l'or sur un quelconque autel ou dans un quelconque collier précieux. Et il y en a encore sous terre, peut-être, vingt ou trente milliards de tonnes, qui attendent de passer des coffres de la croûte aux cavernes des banques.

Ce qui est certain c'est que c'est seulement récemment, en somme, au temps de Creso, que l'or a commencé à être employé comme monnaie. Sa sacralité est beaucoup plus ancienne. Et, apparemment, il les survivra. Parce que l'or snobe la monnaie, même si cette dernière s'est faite de papier pour l'envelopper. Il fut un écossais qui se tacha de cette impolitesse, dans la personne de John Law, économiste spadassin.

Les chinois l'avaient fait avant lui, mais ils étaient encore loin. Et c'est alors que se produisit le miracle. Le papier, qui aurait dû se substituer à l'or comme unité de compte et moyen de paiement, surgit aussi comme réserve de valeur. Le papier? Mais, disaient-ils, il ne vaut rien! Pourtant: en y imprimant la Reine d'Angleterre il vaudra autant que l'or malgré le poids. Voilà le tour de magie. Ceci est le péché originel de la monnaie moderne: la promesse de l'or, la dette d'un pays tout entier, en or. Mais qui s'y fait prendre? Tout le monde.

CB067961.jpgEt tous se mettent à chérir les morceaux de papier: lorsqu'on dit que l'économie est une chose sérieuse ! Ainsi on retire la monnaie de la circulation. Et on a toujours besoin de nouvelle monnaie à introduire. On appelle des liquidités. Les banques la fournissent. L'État la fournit. Tout se fait au nom de l'or. Et en effet, pour longtemps on émettra de la monnaie en papier mais sur la base d'une certaine proportion d'or. Ensuite, quand la monnaie dominante, pour maintes raisons, devient le dollar, les américains refusent de la convertir en or. Ils disent: "L'or? Faites-en un peu ce que vous voulez".

Mais alors sur quoi repose la monnaie? Sur la volonté de Dieu? Plutôt, sur la confiance: qui est tout et rien. Il fut quelqu'un, un petit homme d'affaires allemand, qu'on appelle Silvio Gesell, qui avertit: "vous ne pouvez pas accumuler ce qui n'a aucune valeur". Il faut empêcher cette escroquerie. Il faut apposer sur les monnaies en papier, tous les ans, un cachet qui les dévalue. Dans ce cas personne ne les accumulera plus et on accumulera par contre les biens réels, investissements vrais, richesse authentique. Mais personne ne l'écoute.

42-23163270.jpgAinsi, on imprime toujours plus de monnaie financière, c'est-à-dire de dettes: monnaie qui remplace l'or; titres qui remplacent la monnaie, dérivés qui remplacent les titres. On instaure la Loi Ponzi.

Les dettes se payent avec les dettes. Un économiste français dit: "le capitalisme est devenu le seul système dans lequel les dettes ne se remboursent jamais". Un peu comme les vagues près du rivage. L'une croise l'autre. Jusqu'à ce qu'apparaît le rivage. Inévitable. Et les vagues vont s'y claquer. Et l'argent doit être rendu. Et les sots doivent se séparer de leur argent. Et les pauvres malheureux de leur travail. Mais qu'est ce que cela a à voir avec l'or? Cela a à voir, parce que c'est dans ces instants que l'économie a besoin de s'agripper à quelque chose qui ne soit pas les paris des banques.

Si l'on n'a plus confiance en la Reine, ou en l'engagement politique de la démocratie, on se réfugie dans la rassurante splendeur de l'or. Les O.C.S.E. et le Fond Monétaire auront raison. Le Premier ministre italien Berlusconi ou Sarkozy pour la France auront raison lorsqu'ils affirment: la reprise est là aux portes: mais tu veux la comparer à un beau magot de monnaies jaunes? Sur les monnaies d'or pur il y a bien le portrait de la Reine. Mais sur le revers il est écrit: "je n'ai pas confiance". La puissance vraie de l'or c'est la méfiance. C'est sa réserve d'or.

42-17473404.jpgLorsqu'encore la guerre n'était pas finie et tout l'or s'était réfugié dans les caves du Fort Knox, en Amérique, Maynard Keynes, l'ennemi de l'or, proposa de s'en passer réellement: bien au-delà du gold standard: un political standard, un accord mondial qui engendrait une monnaie mondiale, faite d'esprit pur, de volonté politique. Peut-être pour provoquer un peu les banquiers, il l'appela Bancor. Ce n'était pas une vraie monnaie, c'était une monnaie de compte. Personne ne devait la voir. Et en effet personne ne la vit. La monnaie bien visible était devenue le dollar, le vainqueur. Qui se débarrassa de l'or très rapidement. Et tout semblait terminé. Mais il n'en était pas ainsi.

Les américains, par excès d'avidité, perdirent le contrôle des liquidités, prêtèrent de l'argent à tout le monde, et surtout à soi même. Aux chinois, qui commencèrent à douter du dollar et à se rappeler de Keynes et de sa proposition. Entre temps, ils y a les petits chinois de chez nous, qui n'ont pas confiance et y entassent l'excrément du diable. L'ai-je faite un peu trop simple? Peut être bien.

Ecrit par: Luis Batista


QR-Code de l'article: L'or et son éternel pouvoir entre mythe et histoire

qrcode



 

 

Disclaimer

Adverbum ne représente pas une publication journalistique et est ajourné sans aucune périodicité.

L'auteur du blog n'est pas responsable du contenu des commentaires au post, ni du contenu des sites y reliés.

Quelques images et le matériel multimédia en général insérés dans ce blog sont tirés d'internet et, par conséquent, considérés de notoriété publique; au cas où leur publication violerait des éventuels droits d'auteur, il est prié de le communiquer via email et la publication sera immédiatement enlevée.

 

00:05 Écrit par LuisB dans Économie, Opinion | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : l'or, maynard keynes, crésus, économie, loi ponzi, argent, pouvoir | |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.