Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 26 mai 2010

L'horoscope et pourquoi nous en subissons encore le charme

42-17989390.jpgL'art de prédire le futur a toujours existé. L'homme, en effet, a besoin de s'interroger sur ce qui arrivera, vu qu'il a peur de l'imprévu et du hasard, deux modalités qui nous mettent toujours en difficulté, puisqu'ils représentent ce qui est méconnu et qui nous échappe. Face à la réalité, nous espérons toujours que les événements aient un sens, en évitant qu'ils se présentent à nous comme imprévus et fortuits. Nous voudrions avoir l'impression de comprendre et de dominer ce qui nous arrive. Le recours aux astres offre cette illusion et propose une explication de ce qui autrement pourrait apparaître comme inexplicable.


chinese.jpgDans le passé, les horoscopes étaient présents surtout dans les hebdomadaires féminins, pages sur lesquelles étaient dispensées les prévisions sur les questions de cœur. Aujourd'hui, l'intérêt semble s'être élargi. Ils sont présents partout, en investissant beaucoup de sphères de la vie publique et privée. Il paraît que même des hommes politiques et des chefs d'état consultent les horoscopes pour orienter leurs décisions. À l'origine d'un tel succès il y a probablement la difficulté commune de penser et concevoir le temps futur, surtout le futur proche. L'époque où nous vivons est dominée d'un certain désenchantement du monde et de la fin des grandes narrations idéologiques. Les promesses passées à propos de l'avenir se sont souvent révélées fausses.

Aujourd'hui il est donc plus difficile de penser au lendemain et de se projeter dans le futur. Et en l'absence d'une foi idéologique ou religieuse organisée, la peur de ce qui nous attend se combine avec l'obsession du futur immédiat. Voilà alors que, dans l'instantanéité du quotidien, les horoscopes se présentent comme une possibilité de gérer le futur immédiat et ce à bon marché. Surtout que pour vivre, nous avons besoin d'un minimum de ritualité. L'horoscope, qui peut être considéré le degré zéro de la ritualité et de la sacralité agit en ce sens. La plupart des gens ne le considèrent certes une vérité révélée, mais y trouvent - parfois avec ironie ou même en lui niant une quelconque vérité - un moyen pour se donner un minimum de sûreté dans le domaine de la vie quotidienne.

Ce n'est pas par hasard que les horoscopes parlent d'amour, d'argent et de santé. Dans un monde où les individus luttent contre la solitude et ont souvent besoin d'assistance psychologique, l'horoscope procure l'illusion de dominer sa propre existence. Aussi parce que d'habitude ils sont rédigés de manière très rusée. Ils sont vagues et souvent encourageants, n'annoncent jamais de malheurs précis, en alternant les promesses et les avertissements, en faisant appel au bon sens sempiternel. Par conséquent, chacun peut y lire et y trouver ce qu'il cherche. À travers les horoscopes, l'individu a l'impression de se tourner vers une sorte de divinité bénévole et encourageante qui l'aide à gérer le quotidien, de même que ce qui se produit dans les sociétés primitives ou même dans le domaine de la dimension plus populaire des religions monothéistes (les médailles bénies qui protègent, les prières pour conjurer le mauvais sort, etc.).

mayan-calendar_normal.jpgIl y a cependant une différence fondamentale. Dans les sociétés primitives, les rites servent à interpréter les événements et à donner un significatif à des événements hors règles, une maladie, un incident, etc.. L'interprétation sert à rapporter l'événement exceptionnel à l'intérieur d'un ordre normal de choses. Rien ne doit rester incompris, on doit pouvoir donner une explication à chaque chose, peut-être à travers l'intervention d'un ordre surnaturel. En interprétant un événement, il se dédramatise, en niant implicitement le caractère imprévu et inexplicable. L'horoscope fonctionne de la même manière dans les comparaisons cependant du futur immédiat. Celui qui consulte l'horoscope sait qu'il lui arrivera des événements plus ou moins favorables, mais le fait d'être prévenu lui permet de nier la surprise. L'imprévu futur est comme neutralisé et donc plus facile à gérer.

L'individu peut croire de contrôler ce qui est en train d'arriver. En réalité, malgré cette illusion, la conviction que les astres aient une influence sur notre vie favorise un procès de déresponsabilisation. Les événements qui nous concernent ne dépendent plus de nous, mais d'un ordre naturel transcendant qui dépasse les responsabilités individuelles. Il faut rappeler cependant que le message des horoscopes n'est jamais très net, vestes d'habitudes font en quelque sorte appel à la fatalité, mais en même temps ils invitent à réagir ou à profiter d'une situation donnée. En pratique, ils font référence à un ordre et à son contraire, ils combinent le destin et la liberté, la généralité et l'individualité. Et vu qu'ils laissent la possibilité d'interpréter le sens de leurs prédictions, chaque individu peut en faire l'emploi qu'il veut.

map09.jpgSi les horoscopes fascinent tant de personnes, c'est aussi parce qu'aujourd'hui nous assistons à une progressive privatisation des réflexions sur le sens de la vie. Dans le monde occidental, en effet, prévaut l'idée que chacun doive trouver une réponse individuelle à des questions sur la vie, vu que les réponses collectives d'ordre politique ou religieux sont moins diffuses et de toute façon plus faibles que dans le passé. La lecture de l'horoscope - qui implique toujours une sorte d'auto-construction du discours - va dans cette direction, en permettant de donner un sens immédiat à certains événements. Ce qui est déjà une espèce de réponse pragmatique à des questions sur le sens de la vie. Dans l'horoscope - comme dans les religions, dans les idéologies et dans les superstitions - on part d'une totalité qui croit se connaître pour en déduire quelques vérités particulières.

Contrairement à la science, qui ne possède jamais une connaissance ou une vérité totale, l'astrologie se propose comme un savoir total, à partir duquel on croit chaque événement singulier et l'on donne des réponses à des problèmes individuels. Ce qui nous aide est le mot extérieur qui s'enveloppe d'une autorité qui vient des astres et d'un savoir qui nous échappe, mais en lequel, d'une façon ou d'une autre, nous avons confiance. Peu importe d'où vienne exactement ce mot d'autorité. Il ne faut pas connaître les secrets de l'astrologie pour y croire. L'important est que l'autorité soit postulée. Comme dans n'importe quel système symbolique, il faut créer une relation entre l'individu et l'univers de référence, en faisant en sorte que telle relation soit porteuse de sens. Exactement comme il arrive avec l'astrologie, qui non par hasard s'inscrit dans la nostalgie diffuse pour les savoirs et les cosmologies anciennes.

Ecrit par: Luis Batista


QR-Code de l'article: L'horoscope et pourquoi nous en subissons encore le charme

qrcode






Disclaimer

Adverbum ne représente pas une publication journalistique et est ajourné sans aucune périodicité.

L'auteur du blog n'est pas responsable du contenu des commentaires au post, ni du contenu des sites y reliés.

Quelques images et le matériel multimédia en général insérés dans ce blog sont tirés d'internet et, par conséquent, considérés de notoriété publique; au cas où leur publication violerait des éventuels droits d'auteur, il est prié de le communiquer via email et la publication sera immédiatement enlevée.

 

00:05 Écrit par LuisB dans Opinion | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : horoscope, cosmologie, astrologie, prédictions, futur, opinion, la vie, imprévu, hasard | |  Facebook | | | | Pin it! |

Commentaires

Tout dépend de qui vient l'horoscope! En effet les écrits de la plus part des journaux sont souvent faux car aléatoires, mais si vous passez par un astrologue qui étudie vraiment la position des planètes, les interprétations seront plus précises!
Maryse

Écrit par : horoscope | mercredi, 26 mai 2010

Les commentaires sont fermés.