Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 04 août 2010

Le racisme pour 190 euro par mois

42-17008101.jpgL'ouvrier chinois sait vraiment ce qu'est le travail. Cependant il n'a jamais eu un problème qui nous est familial, à nous occidentaux: la concurrence. Jusqu'à il y a dix ans de cela, l'industrie étatique le protégeait, construite et gérée par le communisme. Ensuite il s'est protégé lui même: aucun travailleur au monde ne coûtait moins que lui. Ce n'est plus ainsi. Avec le temps, dans le monde, se crée toujours quelqu'un de plus avantageux que le plus avantageux. Le travailleur chinois, nommé «personnage de l'année» par Time, découvre aujourd'hui qu'il est déjà pratiquement hors marché. La croissance constante de la planète commence à poser sur de nouvelles épaules: les immigrés du Vietnam, du Sri Lanka, du Cambodge et des Philippines. Des milliers de clandestins du Sud-est asiatique rembourrent les usines chinoises qui empoisonnent lourdement le delta du fleuve des Perles.

Lire la suite