Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 29 septembre 2010

Les 60 fils de Jésus et le Monsieur d'autres temps

42-17728981.jpgAprès avoir passé une journée à m'entraîner avec des amis du Yorkshire Rugby Football Union j'ai eu la nécessité de passer dans une pharmacie au beau milieu de la ville de York, dans le compté de Yorkshire, où j'ai rencontré un petit vieux démodé. Il était assis, en attente de son tour, et lisait un livre intitulé “The Snobbish″ et ignorait, avec un impeccable aplomb britannique d'autres temps, une blessure sanguinolente coulant sur son genou gauche. Il portait au visage quatre-vingt-dix ans de rides, il avait les cheveux candides coiffés en arrière et une canne en bois en équilibre sur ses jambes. Je l'ai salué, logiquement en anglais, mais à me trahir, je pense, a été mon t-shirt avec le nom de mon équipe de rugby qui identifiait aussi la ville, induisant en erreur mon interlocuteur sur mon origine. Après une petite période d'attente arrivait son tour et lorsqu'est arrivé le propriétaire, il l'a flatté: «En Italie les pharmaciens sont presque des docteurs, en Angleterre par contre ce sont des négociants».


42-23510093.jpgSon accent britannique répandait tout autour odeur de pudding, cercles Bloombsbury (le Bloomsbury Group était un groupe d'écrivains, d'intellectuels, de philosophes et d'artistes qui ont eu des entretiens informels en engendrant des nouvelles pensées pour le 20° siècle entier et qui avaient leur siège dans le quartier londonien de Bloomsbury) et défis fluviaux entre Oxford et Cambridge. Il apparaissait tellement "vingtième siècle", tellement en harmonie avec le siècle passé et tellement faux dans le présent, à faire penser à un vieux dinosaure échappé à la glaciation ou à un fossile vivant comme le dragon de Komodo ou la tortue géante des îles Galápagos.

Il existe des objets - le parapluie, la bicyclette, les montres de poche - qui survivent au temps qui les a créés. Il existe des personnes modelées de l'époque qui les a vus naître, qui réussissent à se pousser dans des années étrangères, où il n'y a plus de place pour eux. Dans leur amusante beauté hors lieu, les survivants racontent que rien n'est plus ridicule que l'arrogance de celui qui se sent moderne parce que sous peu nous serons tous anciens. Le parc national du vingtième siècle, si seulement il existait, serait un bel endroit. Les étudiants erreraient entre des ouvriers qui jouent aux cartes et les bourgeoises engagées dans des tournois de canasta, courriraient entre manœuvres et ménagères, couturières, aiguiseurs et employés.

Pour les enfants ce serait une bonne façon de grandir, pour les vieux une bonne façon de saluer. Les jeunes cesseraient de désirer ce qui est nouveau parce que c'est nouveau, et les vieux arrêteraient d'idolâtrer ce qui est vieux parce qu'il était nouveau lorsqu'eux aussi l'étaient. Il ne s'agit pas de respect dû à l'âge ni de rance rhétorique de la mémoire. Il s'agit de comprendre que chaque époque est un enchevêtrement d'habitudes, modes, espoirs, symboles, destinés à changer et à disparaître. De se rappeler de que même les morts étaient vivants.

42-20113840.jpgSi a 33 ans, au lieu de se faire tuer, Jésus avait eu un fils qui à 33 ans aurait eu un fils et ainsi de suite jusqu'à l'an 2000, la chaîne humaine nécessaire pour arriver jusqu'à nous compterait la misère de 60 individus. Pour combler deux mille ans d'histoire il suffirait six équipes de football sans gardien de but, une pizzeria à moitié pleine, trois classes primaires, la moitié de la moitié de la moitié des gens en queue à une exposition de Caravage.

«Ils disent que nous regardons plus loin parce que nous sommes des nains sur les épaules des géants», annote en 1937 le cinéaste surréaliste français Jules Les Jour dans «Je n'existe pas», «Je répondrais que nous sommes des géants assis sur des nains, pauvres nains. Mais ces classifications me font rire. L'histoire n'est pas une compétition, mais un fleuve souterrain qui nous creuse et nous forme de l'intérieur».

Nous ne sommes pas meilleurs de ceux qui nous ont précédés et eux n'étaient pas meilleurs que nous. Dans sa fervente conscience de classe, dans l'orgueil affiché pour son anachronique élégance, le Monsieur démodé de la pharmacie exhibait une vanité un peu comique et dogmatique. Un sens de supériorité envers les temps nouveaux, miroir du sarcasme de celui qui sourit de quelqu'un seulement parce qu'il a été dépassé par l'histoire. Les 60 fils de Jésus pour enjamber deux millénaires montrent que, au fond, même les pères et les mères sont des frères et sœurs. Nous sommes des chenilles qui se moquent des papillons. Nous sommes des papillons qui se moquent des chenilles.


Le temps qui reste - The time that remains

Ecrit par: Luis Batista

 

QR-Code de l'article: Les 60 fils de Jésus et le Monsieur d'autres temps.

qrcode

Générateur de QR Code / Support et FAQS

 

 

 

Disclaimer

Adverbum ne représente pas une publication journalistique et est ajourné sans aucune périodicité.

L'auteur du blog n'est pas responsable du contenu des commentaires au post, ni du contenu des sites y reliés.

Quelques images et le matériel multimédia en général insérés dans ce blog sont tirés d'internet et, par conséquent, considérés de notoriété publique; au cas où leur publication violerait des éventuels droits d'auteur, il est prié de le communiquer via email et la publication sera immédiatement enlevée.

 

20:39 Écrit par LuisB dans Karma, Opinion, Religion, Science, Video | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jésus, karma, yorkshire, rugby, cercles bloombsbury, monsieur démodé, sarcasme, italie, histoire, symboles | |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.