Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 20 octobre 2010

Dans la tête des adolescents

42-18085706.jpgQu'y a-t'il à la base du comportement nerveux et parfois inexplicable des adolescents? Révolutions hormonales, mauvaises compagnies, familles inadéquates… Peut-être, mais pas seulement.

Il y a, surtout, un cerveau encore en formation, qui ne sait pas mettre de freins aux instincts et qui n'a pas pleinement développé l'aire qui préside la capacité de jugement. C'est ce qu'a dévoilé la dernière frontière des neurosciences, la discipline en mesure de lire l'anatomie et les changements cérébraux grâce à des technologies de diagnostic par images, par exemple la résonance magnétique. Voici la récente découverte, qui révolutionne les théories de l'éducation: les changements dans le cerveau ne se limitent pas, comme l'on retenait, aux premiers six ans de vie, mais ils se poursuivent au moins jusqu'à vingt ans.


42-15536845.jpgSeulement à ce point, l'architecture de l'organe est complète. Le pionnier de ce nouveau filon, qui explique avec les neurosciences les bouleversements de l'adolescence, se nomme Jay Giedd du National Institute of Mental Health de Bethesda du Maryland dans les Etats-Unis. Il a démontré que le cerveau des plus jeunes n'est pas encore entièrement formé, en observant la matière grise de 145 enfants sains avec la résonance magnétique, par intervalles de deux ans. L'étude a mis en évidence qu'à peine avant la puberté, il y aurait une aire du cerveau, l'écorce préfrontale, en fervente activité de croissance. Il s'agit d'une aire spéciale: elle module les émotions, contrôle les réactions impulsives et tient les fichiers de la capacité d'organisation. Ce n'est pas en vain qu'elle a été surnommée «l'aire du sage changement d'avis». En particulier, l'écorce préfrontale contrôle une autre aire cérébrale, l'hippocampe, responsable des besoins primaires (par exemple manger ou s'accoupler) qui ne vont pas toujours d'accord avec les exigences et la morale de la société.

Seulement lorsque l'écorce préfrontale est mûre, l'adolescent est en mesure de contrôler ses instincts et d'exprimer des jugements. Voilà pourquoi il n'est pas licite s'attendre d'un teenager la même capacité de jugement d'un adulte. Et voilà pourquoi l'adolescence est la période où s'enracinent les comportements à risque, comme p. ex. fumer, où l'on contracte plus facilement des maladies sexuellement transmissibles.

42-25477150.jpgOn savait qu'il s'agissait d'un âge nerveux, maintenant, avec ces recherches, nous en avons les preuves structurelles. Le jugement actionne en termes de centièmes de seconde, en bloquant les réactions impulsives. Une habileté que les adolescents ont difficilement. Ainsi s'explique le fait, que parfois un jeune de seize ans n'y pense pas à deux fois avant de monter sur une voiture conduite par un ami ivre. Et à propos d'alcool: c'est dans cette phase d'insuffisant contrôle et de manque de freins que, ironie de la nature, le cerveau est plus vulnérable aux effets de drogues et alcools. En parlant avec les plus jeunes, Giedd leur montre des images du cerveau en évolution et leur explique comment, sur une matière grise encore en croissance, l'effet d'alcool et de drogue ne dure pas qu'un soir ou un week-end, mais toute la vie. Une écorce préfrontale immature signifie aussi ne pas savoir s'organiser, ne pas savoir établir de priorité: même le fait de décider si téléphoner à une amie ou se peindre d'abord les ongles devient un problème. Pas seulement: les enquêtes de Giedd ont démontré que, dans la préadolescence, il y a une période de surproduction de cellules cérébrales (neurones) et de synapse (liaison entre elles) semblable à celui qui caractérise le cerveau d'un enfant de deux ans.

42-25405697.jpgLes choses vont ainsi: l'organe du petit se développe grâce à une véritable explosion de nouveaux contacts entre des cellules cérébrales, suivi d'un procès d'«élagage», qui se produit autour des trois ans. Après la période de surproduction, en effet, l'on assiste à une compétition aguerrie entre des cellules cérébrales, qui combattent pour leur survie. La même chose se produit dans l'écorce préfrontale d'un préadolescent: à 11 ans chez une fille et à 12 ans chez un garçon, l'on vérifie un boom de croissance neuronale. Ensuite, l'on assiste à un remaniement des contacts. Selon Robert McGivern, neuroscientifique de l'Université de San Diego, Californie, cette période d'hyperactivité et de surexcitation fait en sorte que les adolescents aient moins de ressources disponibles pour la «sagesse sociale». Ceci les laisse plus vulnérables aux sauts d'humeur et même à la dépression.

Lors d'une recherche publiée dans la revue médicale américaine Brain and Cognition, McGivern a démontré que les adolescents ne sont pas en mesure d'identifier rapidement des émotions d'autrui (le test consistait dans l'association d'une série de visages avec des expressions différentes correspondant aux émotions du moment). Comme si le cerveau avait besoin de se concentrer sur soi même pour consolider et renforcer les connexions les plus importantes, «coupant» celles en surplus (entre 13 et 18 ans l'on perd tous les ans 1% de matière grise). Un procès qui porte Giedd à souligner l'importance du type de connexions qui sont stimulées Use or lose it, utilise-le ou perds-le. La croissance du cerveau pendant la puberté constitue un immense potentiel, si un teenager fait de la musique, du sport ou étudie, les connexions relatives seront renforcées. S'il gésit sur le divan en jouant aux vidéogames ou en regardant MTV, les cellules et les connexions destinées à survivre seront différentes.

42-24060007.jpgEt ici entrent en cause les parents qui, rassurés sur la normalité biologique de leurs dissipés teenagers grâce aux explications fournies sur l'anatomie cérébrale, continuent à se demander quoi faire. Pour eux Dan Siegel, psychiatre, professeur au Center for Culture, Brain and Development de Saint Monica, Californie, a écrit «Parents from inside out». La nouveauté de cet énième résumé de psychopédagogie pour parents en crise est dans l'approche: l'auteur est le père d'une nouvelle discipline, dénommée neuropsychologie interpersonnelle. L'idée est que les relations et la communication entre des personnes ont un impact direct sur le développement du cerveau, son fonctionnement et, par conséquent, le comportement. Dan Siegel est convaincu que comprendre comment est fait et comment fonctionne cet organe puisse aider les personnes à améliorer les relations, la vie émotive et la capacité à éduquer les enfants. Et son manuel est une guide pour devenir de meilleurs parents à partir des nouvelles découvertes des neurosciences.

Le cerveau des jeunes analysé scientifiquement, en effet, la capacité de les écouter non seulement reste importante, mais résulte d'autant plus déterminante. Les adolescents ont besoin de parler, parler et parler, pour faire le point sur des émotions et des décisions qu'ils ne sont pas en mesure de gouverner. Et le futur? Selon Giedd, il portera la compréhension sur quels aspects influencent le développement du cerveau: les parents, la nourriture, les gênes, les activités? Pour comprendre quelles aires sont influencées par le contexte et lesquelles par les gênes, les chercheurs ont focalisé l'attention sur les jumeaux, en photographiant leur cerveau dans l'enfance, lorsque les activités des deux frères/sœurs sont très semblables, et dans l'adolescence, lorsqu'ils commencent à se diversifier. Ils ont constaté que le cervelet est la partie plus divergente chez les jumeaux, donc plus facilement influençable par l'environnement.

42-24321165.jpgÀ quoi sert-il? À coordonner les muscles (si le cervelet travaille bien tu seras un bon athlète), mais aussi la pensée et les procès cognitifs. Ainsi, comme l'on peut être physiquement gauche, on peut l'être aussi mentalement. C'est dans le cervelet que semble résider cette adresse à se débrouiller dans les complexités de la vie sociale qui manque énormément aux teenagers. Et attention: les experts pensent que ce soit l'exercice physique à en influencer le développement. Courir, jouer, sauter. Entraîner les pouces avec les joysticks des vidéogames n'est pas suffisant. Les découvertes de Giedd ont dégondé les bases des théories éducatives traditionnelles, selon lesquelles dans les toutes premières années de vie l'identité d'un enfant est formée et son destin est marqué.

Dans les Etats-Unis, la conviction que la période entre 0 et 3 ans était dans l'absolu la plus importante pour le développement de la personne, a eu de grandes suites, d'autant plus que dans les années '90 les investissements et les efforts d'éducation se sont concentrés quasi exclusivement dans cette direction.

Un exemple: en '98 le gouverneur de la Géorgie a alloué 105 milles dollars pour distribuer un cd de musique classique à toutes les futures mamans. Maintenant l'on demande autant d'attention (et d'investissements) pour jouer au mieux la carte de l'adolescence. Oui, les premiers trois ans de vie sont fondamentaux, mais les 16 suivants ne sont pas moins importants. Et aux parents qui attendent de la maturité de leur enfant de quinze ans le conseil est, encore une fois: Soyez patients. Travaux en cours.


GUNS N ROSES - SWEET CHILD 'O MINE

Ecrit par: Luis Batista

 

QR-Code de l'article: Dans la tête des adolescents.

qrcode

Générateur de QR Code / Support et FAQS 

 

 

 

Disclaimer

Adverbum ne représente pas une publication journalistique et est ajourné sans aucune périodicité.

L'auteur du blog n'est pas responsable du contenu des commentaires au post, ni du contenu des sites y reliés.

Quelques images et le matériel multimédia en général insérés dans ce blog sont tirés d'internet et, par conséquent, considérés de notoriété publique; au cas où leur publication violerait des éventuels droits d'auteur, il est prié de le communiquer via email et la publication sera immédiatement enlevée.

 

Commentaires

Luís,

J'ai aimé cet article! Tu est vraiement magnifique et aussi tout ce que tu écrit!

Bissous
Lu

Écrit par : Lu | vendredi, 22 octobre 2010

WOW, ça c'est un bon produit, que et nous vous laisse tout de suite cette remarque

Écrit par : pronostics france honduras | dimanche, 15 juin 2014

Les commentaires sont fermés.