Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 19 janvier 2011

Détective nuptial en sauce indienne

Indian_marriage_02.jpgL'appétit des indiens pour l'or n'est plus celui d'autrefois. La crise économique oblige à quelques sacrifices: dans le pays qui depuis des années est le premier importateur mondial d'orfèvrerie, surtout pour les dons matrimoniaux, les importations de métal jaune ont légèrement diminué ces derniers mois. Une épargne est faite également sur les coûts des somptueux banquets de noces, les traditionnelles dix portées d'assiettes somptueuses décorées de pétales de roses (celui qui a vu le délicieux film Monsoon Wedding sait de quoi il s'agit).

Mais il y a un poste de dépenses que les futures mariées indiennes ne sont pas du tout disposées à couper. Il s'agit du recours à des agences de détectives pour enquêter sur la moralité de l'aspirant époux.


25224963.JPGCe business ne connaît pas de récession, au contraire le boom de l'espionnage prénuptial semble même exalté des difficultés de l'économie. Les filles indiennes, surtout si instruites et de bonne famille, considèrent ces enquêtes comme un investissement, une police d'assurance. Dans une nation célèbre pour l'institut du mariage «combiné» – c'est à dire décidé des parents – ce boom du détective est le symptôme de profonds changements sociaux et culturels. Le réseau le plus efficace en matière d'espionnage qui, il fut un temps travaillait gratuitement est venu à manquer: les familles. Pour vérifier la moralité des futurs époux – éventuelles relations sexuelles prénuptiales, excès dans l'alcool ou caractère violent – pendant les siècles passés les jeunes fiancées pouvaient compter sur une armée de parents, amis et voisins heureux d'enquêter et de jaser.

Tant que l'Inde était une société fermée, avec insuffisante mobilité sociale et géographique, le contrôle social sur les comportements des individus était envahissant et impitoyable. Mais aujourd'hui il y a une nouvelle génération d'indiens «nomades» du progrès technologique. Des jeunes femmes diplômées en études d'ingénieurs informatiques travaillent pour une multinationale de Bangalore, vivent à mille kilomètres de leurs parents et cherchent un partenaire sur Internet. Le candidat sélectionné en ligne est un illustre inconnu qui peut-être vit à Hyderabad, lui-même loin de sa famille.

wed1.jpgEn même temps en Inde le curieux entrelacement entre modernité et tradition a maintenu en vie l'institution de la dot, que la famille de la mariée doit fournir obligatoirement. Au contraire, pour les effets du développement économique les dots sont devenues toujours plus riches. La conséquence perverse de ce bien-être est une stimulation à l'escroquerie croissante. Des armées d'hommes indiens sont à la chasse de filles bien fournies en dot, à embobiner et ensuite abandonner en vitesse après le mariage. Les plus redoutables escrocs se trouvent dans la communauté des Indiens émigrés en Amérique: ils circonviennent une compatriote de bonne famille qui vit en Inde, retournent dans leur pays pour célébrer des noces somptueuses, et ensuite disparaissent à l'étranger après avoir mis en sécurité la dot de la mariée aisée sur un compte bancaire offshore.

On calcule que tous les ans trente mille  filles indiennes vont augmenter l'armée des «épouses abandonnées». Anupam Mittal est le fondateur du plus important site Internet spécialisée en recherches matrimoniales Shaadi.com, l'an passé il a célébré le millionième couple de mariés unis grâce à son service en ligne. Lui même est le premier à mettre en garde ses clients: «Ce Pays et sa culture changent à la vitesse de la lumière. Pour une partie de la population les racines traditionnelles dans le territoire des aïeux ont été coupées. Nos clients sont des jeunes instruits qui changent souvent de travail, vivent loin de leurs familles, ont une mentalité indépendante. Diminué dans ce contexte, l'institution du mariage combiné se prête à des équivoques, incidents ou duperies. Je recommande le recours aux agences de détectives avant de prendre la décision fatale».

hinduweddin.jpgLe ministère des Affaires étrangères lui même encourage officiellement d'employer des espions prénuptiaux: en effet, son réseau de consulats à l'étranger est submergé de demandes de jeunes épouses abandonnées qui cherchent désespérément des nouvelles de leurs maris disparus en Angleterre, à New York ou en Californie. Mais dans la nouvelle profession de détective nuptial il y a touche unique d'indianité. La principale source d'informations sur les candidats des époux sont les domestiques: même ces jeunes qui travaillent dans les multinationales de l'informatique et passent très peu de temps à la maison ne renoncent pas au status-symbol d'un personnel de service excessif et commère. Ce n'est pas par hasard que l'immense majorité des détectives sont des femmes: toujours plus habiles à créer de la complicité et à arracher des informations délicates.


Matrimonio indiano
Caricato da LuisB

Ecrit par: Luis Batista

 

QR-Code de l'article: Détective nuptial en sauce indienne.

qrcode

Générateur de QR Code / Support et FAQ

 

 

 

Disclaimer

Adverbum ne représente pas une publication journalistique et est ajourné sans aucune périodicité.

L'auteur du blog n'est pas responsable du contenu des commentaires au post, ni du contenu des sites y reliés.

Quelques images et le matériel multimédia en général insérés dans ce blog sont tirés d'internet et, par conséquent, considérés de notoriété publique; au cas où leur publication violerait des éventuels droits d'auteur, il est prié de le communiquer via email et la publication sera immédiatement enlevée.

13:08 Écrit par LuisB dans Actualités, Culture, Karma, Opinion, Video | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mariage, famille, culture, tradition, la dot, épouses abandonees, détective nuptial, inde, société, vídeo | |  Facebook | | | | Pin it! |

Les commentaires sont fermés.