Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 23 février 2011

Une robe trop rouge en terre chinoise

chine, hu jintao, peng liyuan, xi jinping, michelle obama, révolution culturelle, culture, mode de vie, video, la modeLes chinois aussi ont ouvert les oreilles au coton tige et l'ongle de l'auriculaire tortillé, dans les villes, s'utilise toujours moins. Parmi les plaisirs auxquels ils ne renoncent pas, il y a par contre l'invisibilité du pouvoir. En Occident l'on peine à comprendre pourquoi plus une figure est publique et plus sa vie se cache dans le privé. Europe et Amérique prétendent leader star, ils les consomment comme des protagonistes d'un show et les acceptent s'ils interprètent leur part en suivant le scénario de la démocratie en ligne. En Chine l'on connaît les détails des personnes communes, la scène continue à être réservée aux acteurs, alors que l'empereur se conserve à l'abri de la Ville Interdite.


chine, hu jintao, peng liyuan, xi jinping, michelle obama, révolution culturelle, culture, mode de vie, video, la modeLa leçon de Deng Xiaoping est enseignée dans les écoles: «Tu caches tes capacités et tu attends le moment opportun». La visite de Hu Jintao aux Etats Unis a confirmé comment la Chine oppose le culte du mystère à l'exhibition de l'évidence. La rencontre entre les deux hommes plus puissants du monde s'est consommée sur des plans différents. De Barack Obama, deux ans après son arrivée à la Maison Blanche, l'on sait et l'on voit tout. Hu Jintao, après huit ans de règne à Pékin, reste un mystère pour ses compatriotes. Obama raconte les épisodes de sa vie, rappelle les passages qui l'ont menée à être le premier président des Usa d'origine africaine et aime se montrer en famille.

En Chine peu savent que Hu, orphelin de mère à sept ans, a été élevé par une tante et que le père, torturé pendant la Révolution culturelle, est mort à cinquante ans sans laisser d'argent pour l'enterrement. Le jeune Hu, en espérant en la réhabilitation des Gardes Rouges, retourna à Taizhou pour offrir un banquet. Personne ne se présenta, la nourriture fut divisée entre les cuisiniers et le futur héritier de Mao a honoré la promesse de ne pas remettre pied dans la ville où il est né. La discipline impitoyable de l'aristocratie féodale chinoise impose à celui qui exerce le commandement la prudence de disparaître et de cacher la douleur. L'obligation du consentement populaire prévu par la démocratie occidentale prescrit aux leaders le soin d'apparaître et de capitaliser la souffrance. Le « facteur first lady » est illuminant.

chine, hu jintao, peng liyuan, xi jinping, michelle obama, révolution culturelle, culture, mode de vie, video, la modeÀ Washington la curiosité internationale a été monopolisée par Michelle Obama. Sa robe du soir rouge pomme rouge a fait apparaître décoloré le rouge sang du drapeau chinois.

Son mari récitait, mais le monde regardait sa femme et réfléchissait sur elle, en oubliant les détresses. Hu Jintao par contre était seul. Momifié et privé de sexe, inflexible dans l'exigence des flatteries sans concéder d'émotions, il a éclairé l'Occident sur le concept chinois d'une mission de travail. Le patron du présent sommait à son client d'arrêter d'en profiter en contractant des dettes avec l'argent d'autrui et il était nécessaire que les acteurs en prennent conscience. Où était Liu Yongqing, âgée de soixante-dix ans et mère invisible de deux fils de Hu Jintao, est un mystère. Les américains assurent qu'elle a atterri à Washington avec son mari, pour ensuite s'éclipser. À Pékin l'on dit qu'elle est restée à la maison pour témoigner comment la discrétion, dans l'art de la guerre, est le secret qui protège des surprises de l'épée.

chine, hu jintao, peng liyuan, xi jinping, michelle obama, révolution culturelle, culture, mode de vie, video, la modeL'empereur chinois aujourd'hui peut affronter le président américain, même dans les Etats Unis et devant l'Europe. Liu Yongqing, âgée, muette, petite, ignare de la puissance d'un sourire et avec une garde robe de fonctionnaire, aurait été boulversée par Michelle Obama, jeune, brillante, grande, consciente de la violence de sembler radieuse et confectionnée par des stylistes résistants à la mesure: pour vaincre la comparaison, sans embarrasser les sujets avec son anachronisme d'appareil, ne pouvait qu'incomber sans y être. La présence de Michelle a neutralisé la transparence d'Obama, l'absence de Yongqing a augmenté la puissance de l'énigme de Hu. La force d'une obscure imprévisibilité, dans laquelle la réalité se révèle opposée à sa représentation, c'est le secret sur lequel Pékin a construit le triomphe à Washington.

C'est cependant aussi l'icône de la relation compliquée entre la Chine et l'Occident et explique pourquoi Peng Liyuan, femme popstar du prochain président chinois Xi Jinping, ait commencé à rentrer dans l'anonymat. Fin des concerts, stop aux shows, sa beauté est délivrée à la nostalgie. Le nouvelle impératrice accède à la Ville Interdite et occupe la scène en l'abandonnant. Ce ne sera pas la commodité de l'ouate américaine à substituer le courage d'un petit ongle chinois.

Ecrit par: Luis Batista

  

QR-Code de l'article: Une robe trop rouge en terre chinoise.

qrcode

Générateur de QR Code / Support et FAQ

 

 

 

Disclaimer

Adverbum ne représente pas une publication journalistique et est ajourné sans aucune périodicité.

L'auteur du blog n'est pas responsable du contenu des commentaires au post, ni du contenu des sites y reliés.

Quelques images et le matériel multimédia en général insérés dans ce blog sont tirés d'internet et, par conséquent, considérés de notoriété publique; au cas où leur publication violerait des éventuels droits d'auteur, il est prié de le communiquer via email et la publication sera immédiatement enlevée.

 

Les commentaires sont fermés.