Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 09 mars 2011

Les révoltes sur les terres du Raïs

manifestations,démocratie,dictateurs,egypte,libye,hosni moubarak,mouammar kadhafi,géopolitique,ben ali,tunisie,politique,videoLes tremblements de terre géopolitiques qui ébranlent l'entière bande Sud de la Méditerranée marquent l'authentique fin de l'ère coloniale. Théoriquement dépassée depuis plus d'un demi-siècle, cette longue phase historique ne s'était jamais épuisée. Soit aussi de façon indirecte, l'influence des puissances externes restait décisive. Les élites soi-disant postcoloniales devaient choisir entre l'isolation (le cas de la Libye jusqu'à hier) et la plus ou moins forte dépendance des puissances occidentales.

L'Egypte de Moubarak était dans ce sens le paradigme parfait.


manifestations,démocratie,dictateurs,egypte,libye,hosni moubarak,mouammar kadhafi,géopolitique,ben ali,tunisie,politique,videoDu point de vue de Washington, le pilier du statu quo dans la région. Autour de la froide paix entre Egypte et Israël les administrations Usa, démocratiques ou républicaines, ont organisé pour des décennies leur vision du Moyen Orient islamique. Mais l'incendie parti de la Tunisie a déjà bouleversé l'Egypte, en passant par le Liban, menace maintenant le Maroc, l'Algérie, le Yémen, la Jordanie, l'Oman. Aucun régime de la région ne se sent plus sûr de rien.

Et aucune puissance occidentale ne peut le sauver, admis qu'il le veuille.

Les théories du complot pleuvent aussi. Comme dans chaque révolution qui se respecte, on cherche ce qui est derrière tout ça. En attente de le découvrir - après plus de deux siècles le débat reste ouvert sur la révolution française - concentrons nous sur combien de temps il lui reste avant d'arriver.

manifestations,démocratie,dictateurs,egypte,libye,hosni moubarak,mouammar kadhafi,géopolitique,ben ali,tunisie,politique,videoBien visible à celui qui veut voir. Trois éléments surtout.

1°: ceci sont des révoltes de peuple, surtout de jeunes qui revendiquent le droit au futur. Non seulement du pain, même aussi la liberté, la démocratie et Internet. Et puisque deux tiers des habitants de la région a moins de trente ans, c'est la grande majorité qui conteste la légitimité de ces régimes.

2°: surtout en Egypte, mais à mesure différente dans chacun des pays intéressés au séisme, les principales forces d'opposition organisées sont historiquement d'orientation islamique, afférente à la galaxie des Frères musulmans. Le statu quo axé sur le binôme Washington-Jérusalem établissait l'équation «démocratie=fondamentalisme islamique». Dans la vision plus extrême, typique de l'actuel gouvernement israélien, s'ajoute le corollaire «fondamentalisme islamique=terrorisme». Résultat: «démocratie=terrorisme». Quelle meilleure démonstration de la nécessité des régimes style Ben Ali ou Moubarak? Or, telle équation ne fonctionne plus. Régimes et terrorisme sont deux visages de l'hypnose géopolitique qu'a construit l'idéologie de la pétrification moyen-orientale, battue en brèche par des rebellions populaires.

3°: un phénomène de cette ampleur et de profondeur ne peut pas être renversé. Mais le futur est incertain. L'unique pari dont l'on peut s'hasarder concerne l'entrée dans l'espace politique de nouveaux,  jeunes acteurs.

manifestations,démocratie,dictateurs,egypte,libye,hosni moubarak,mouammar kadhafi,géopolitique,ben ali,tunisie,politique,videoAprès la phase héroïque, commencera la prose. Au contraire, elle a déjà commencé. Sous trace, dans la région sont en cours de frénétiques négociations entre des pouvoirs formels, informels et naissants. Mais alors qu'avant chacun faisait référence aux Etats Unis ou aux autres puissances externes, aujourd'hui pour les divers Raïs l'enjeu est trop haut.

Donc chaque leader décide sur la base de ses propres intérêts primaires. Il n'est pas possible de s'orienter sur les recommandations occidentales. La survie politique (souvent physique) d'entières classes dirigeantes, de chefs rendus autistiques par le pouvoir absolu est en jeu. Comme le confirme la résistance de Moubarak aux pressions américaines, au risque de mettre à fer et à feu son pays. Quant aux acteurs des révolutions en cours, ils sont par définition l'expression des respectives communautés.

Difficilement manipulables de l'extérieur. De ces trois observations l'on peut peut-être tirer une prévision. Quels que soient les orientations des nouveaux leaders (vrais ou recyclés) et des mouvements politiques qui émergent dans la région, ils seront moins influençables que les Etats Unis. En théorie, les européens auraient quelque majeure possibilité, si ils n'étaient pas victimes de la sclérose analytique et projectile qui les a cueillis entièrement mal préparés face à la fin de ce qu'ils considéraient, et probablement considèrent toujours, le meilleur Moyen Orient possible.

manifestations,démocratie,dictateurs,egypte,libye,hosni moubarak,mouammar kadhafi,géopolitique,ben ali,tunisie,politique,videoNous devrons nous habituer à des acteurs plus autonomes et beaucoup plus imprévisibles. Mais également plus orgueilleux et sûrs de soi, comme seul les dirigeants conscients de la propre légitimation peuvent l'être.

Le croisement entre des bouleversements au Maghreb, Mashrek et Moyen Orient et vocation israélienne au statu quo provoque une autre conséquence d'importance stratégique: il accentue l'éloignement entre l'administration Obama et le gouvernement Netanyahu. Le président américain oscille entre des pétitions de principe en faveur de la liberté de chaque peuple de se choisir les chefs qu'ils croient et les prudences dictées par la nécessité de rassurer Israël, de protéger ses intérêts stratégiques et énergétiques.

manifestations,démocratie,dictateurs,egypte,libye,hosni moubarak,mouammar kadhafi,géopolitique,ben ali,tunisie,politique,videoLe leader israélien est obsédé par le risque d'encerclement: après Hezbollah au Liban et Hamas à Gaza, après la crise avec la Turquie, il voit la menace d'un Egypte dominé des Frères musulmans, ou de toute façon en mains moins fiables et expérimentées que celles de Moubarak. Avec l'Iran qui jouit du spectacle. Israël peut-il se limiter à observer, ou cherchera-t'il à intervenir directement dans la partie, même au risque d'amorcer un conflit aux dimensions incontrôlables?

En tout cas, avant d'arriver à établir de nouveaux équilibres dans la région, nous assisterons probablement à d'autres, fortes secousses de tremblements de terre. La croûte du statu quo est trop rigide pour qu'elle puisse se casser sans prétendre des victimes. La «transition ordonnée» réfléchit le désir de nos diplomaties, mais non pas la réalité des places dans la tourmente.


La rivolta Libica: la caduta del Libro Verde di LuisB

Ecrit par: Luis Batista

 

QR-Code de l'article: Les révoltes sur les terres du Raïs.

qrcode

Générateur de QR Code / Support et FAQ

 

 

Disclaimer

Adverbum ne représente pas une publication journalistique et est ajourné sans aucune périodicité.

L'auteur du blog n'est pas responsable du contenu des commentaires au post, ni du contenu des sites y reliés.

Quelques images et le matériel multimédia en général insérés dans ce blog sont tirés d'internet et, par conséquent, considérés de notoriété publique; au cas où leur publication violerait des éventuels droits d'auteur, il est prié de le communiquer via email et la publication sera immédiatement enlevée.

Les commentaires sont fermés.