Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 04 avril 2012

La fin du monde dans trois cents secondes

planète bleue,terre,apocalypse,politique,changement climatique,science,technologie,défense,actualité,horloge atomiqueLa fin de la planète bleue, notre Terre, s'approche?

En janvier dernier les scientifiques ont dit que nous étions seulement à cinq minutes, ou bien trois cents secondes, de l'extinction, et en ces jours ils discutent si abréger à nouveau l'exigu intervalle qui nous sépare de la fin.


planète bleue,terre,apocalypse,politique,changement climatique,science,technologie,défense,actualité,horloge atomiqueHeureusement l'horloge sur laquelle se déplacent les aiguilles est virtuelle. Gardé à l'Université de Chicago du Bulletin of Atomic Scientists, un groupe institué en 1947 par Albert Einstein et Robert Oppenheimer, est né pour nous rappeler que, si l'on ne veille pas sur le développement de guerre de l'atome, la catastrophe s'approche: l'Apocalypse de la Planète correspond à minuit.

Après la dernière mise à jour du 10 janvier, lorsque les scientifiques du Bulletin l'ont fait avancer d'une minute pour blâmer l'insuffisant engagement des nations à réduire la prolifération de têtes nucléaires et leur apathie dans l'affronter le thème du changement climatique, l'horloge maintenant marque 23:55 heures.

planète bleue,terre,apocalypse,politique,changement climatique,science,technologie,défense,actualité,horloge atomiqueLes aiguilles ont bougé vingt fois après 23:53 heures depuis 1947, en accentuant, décisions politiques et militaires, et en 1953 elles ont effleuré 23:58 heures: c'était l'année où soit les Etats Unis que l'Union soviétique menaient des tests de bombes thermonucléaires. L'heure plus rassurante, par contre, fut marquée le 31 Juillet 1991, lorsque les aiguilles furent ramenées à 23:43 heures pour la double signature, de George Bush et Mikhail Gorbachev, au traité START (STrategic Arms Reduction Treaty) de réduction des armes stratégiques.

Depuis 2007 le comité a inclus dans le spectre des menaces même les biotechnologiques, comme la manipulation des séquences des gènes pour développer des pathogènes ou des formes de vie artificielle potentiellement nuisibles aux autres organismes: cela s'appelle   «Hacking du Dna».

planète bleue,terre,apocalypse,politique,changement climatique,science,technologie,défense,actualité,horloge atomiqueNick Bostrom, philosophe à l'Oxford University et directeur du Futur of Humanity Institute, souligne sa pensée dans ces termes :

«Nous arrivons à la capacité de créer des agents pathogènes avec une sorte de bricolage biotech. Aujourd'hui des cartographies génétiques de maladies comme la variole ou le virus de la grippe de 1918 sont téléchargeables par internet.

Pour l'instant l'on peut seulement le voir sur écran, mais il y aura des moyens toujours plus développés et économiques pour synthétiser le Dna, et il sera toujours plus facile engendrer un pathogène en connaissant la structure».

Le comité du Bulletin, en tout cas, maintient les nerfs solides, en se rappelant de que cet instant est encore loin. Mais l'horloge continue incommensurablement à tictaquer.

Ecrit par: Luis Batista


 
 

QR-Code de l'article: La fin du monde dans trois cents secondes.

qrcode

Générateur de QR Code / Support et FAQ

 

 

Disclaimer

Adverbum ne représente pas une publication journalistique et est ajourné sans aucune périodicité.

L'auteur du blog n'est pas responsable du contenu des commentaires au post, ni du contenu des sites y reliés.

Quelques images et le matériel multimédia en général insérés dans ce blog sont tirés d'internet et, par conséquent, considérés de notoriété publique; au cas où leur publication violerait des éventuels droits d'auteur, il est prié de le communiquer via email et la publication sera immédiatement enlevée.

 

Les commentaires sont fermés.