Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 09 mai 2012

La dernière plaie de l'Inde moderne: la consommation d'héroïne

inde,santé publique,droits de l'homme,politique,sociale,antistupéfiant,héroïne,drogueParmi les raisons qui poussèrent le mouvement hippie dans les années soixante-dix à élire l'Inde comme l'une de ses destinations préférées il y avait la possibilité de se procurer de l'héroïne à bas coût: Le plus souvent, c'étaient les étrangers, européens et américains à acquérir et à consommer la substance.


inde,santé publique,droits de l'homme,politique,sociale,antistupéfiant,héroïne,drogueDe nos jours la situation est très différente. Un récent sondage mené par l'International Narcotics Control Board, l'organisme pour le contrôle des drogues de l'Onu, a renversé la conviction selon laquelle le sous-continent serait seulement un nœud du trafic entre les pays producteurs et consommateurs.

L'Inde est aujourd'hui le Pays du Sud-est asiatique avec la majeure consommation d'héroïne: ici tous les ans sont consommées 17 des 40 tonnes produites dans toute la région. Seulement huit tonnes arrivent de l'Afghanistan, les neuf restantes sont directement produites et consommées localement.

inde,santé publique,droits de l'homme,politique,sociale,antistupéfiant,héroïne,drogueL'augmentation des utilisateurs de la substance a créé d'importantes retombées sociales: en effet, l'abus de drogues par injection a contribué à l'augmentation de ceux qui contractent le Sida et l'hépatite C. Les victimes qui tombent dans la dépendance sont souvent les plus pauvres.

L'Inde est un Pays énorme, avec une nombreuse population de marginaux, de gens qui vivent dans les slum (les bidonvilles). Ce sont les personnes à risque majeur. En réalité l'héroïne n'est pas le seul danger. La consommation d'opium et de cocaïne et de substances psychotropes, comme antidépressifs, anxiolytiques ou somnifères, est en croissance continue. Avec 3,1 millions de consommateurs d'opiacés naturels et synthétiques, l'Inde se confirme un des Pays plus à risque du monde.

inde,santé publique,droits de l'homme,politique,sociale,antistupéfiant,héroïne,drogueIl va cependant tenu présent que contrairement à la cocaïne et à l'héroïne, l'opium a pris racine dans la culture orientale et est employé légalement à des fins thérapeutiques de la médicine traditionnelle. Ce qui a alarmé l'Onu et les gouvernants indiens c'est l'abus en aires dédiées à sa culture: rien qu'en 2010, 1.022 hectares de terrains cultivés à pavot d'opium ont été brûlés par l'antistupéfiant. Malgré cela, dans tout le Pays il y aurait encore 7.500 hectares de cultures illégales.

Parmi les dangers majeurs remarqués du rapport, il y a aussi le développement considérable des «pharmacies en ligne» illégales, créées par des organisations criminelles qui exploitent le réseau pour écouler des substances dangereuses comme la buprénorphine ou la codéine.

Ecrit par: Luis Batista


 
 

QR-Code de l'article: La dernière plaie de l'Inde moderne: la consommation d'héroïne.

qrcode

Générateur de QR Code / Support et FAQ

 

 

Disclaimer

Adverbum ne représente pas une publication journalistique et est ajourné sans aucune périodicité.

L'auteur du blog n'est pas responsable du contenu des commentaires au post, ni du contenu des sites y reliés.

Quelques images et le matériel multimédia en général insérés dans ce blog sont tirés d'internet et, par conséquent, considérés de notoriété publique; au cas où leur publication violerait des éventuels droits d'auteur, il est prié de le communiquer via email et la publication sera immédiatement enlevée.

 

Les commentaires sont fermés.