Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 18 juillet 2012

Les régimes et la guerre des tailles

actualité,produits diététiques,santé,femmes,régime alimentaire,forme,nutrition,activité physique,le statut social,beauté féminine,opinionL'histoire se répète tous les ans au début de l'été et des plages et frappe maintenant indistinctement soit les femmes que les hommes. Beaucoup sont ceux qui s'immobilisent contemplatifs des simples sigles XS, S, M, L. en se demandant de quelle taille est la beauté? Mais arrêtons notre pensée vers les femmes et demandons-nous si cela a encore un sens d'affronter dans un état angoissant «l'épreuve bikini» ou dépenser des centaines d'euro pour se soumettre au supplice périodique et punitif fait de pilules, de boissons, de sachets, comprimés, tisanes et intégrateurs? Est-il vraiment impossible aux femmes de s'esquiver à la dictature du synonyme «plus maigre plus heureuse»?


actualité,produits diététiques,santé,femmes,régime alimentaire,forme,nutrition,activité physique,le statut social,beauté féminine,opinionUn groupe de recherche guidé par la psychothérapeute anglaise Susie Orbach, qui depuis plus de trente ans s'occupe de désordres alimentaires, a démontré que plus de 95% des personnes amaigries grâce à une diète dans l'arc de cinq ans a repris tous les kilos perdus (avec les intérêts).

Pourquoi alors sont-elles aussi nombreuses à s'obstiner année après année à poursuivre un idéal esthétique qui les impose comme unique modèle à être maigres, exhiber un corps tonique et sec, avoir zéro cellulite?

La maigreur, selon de nombreuses personnes, est devenue un statut social, un stéréotype lié au corps des femmes. Et les régimes ne sont autres qu'une trouvaille sophistiquée et pressante de campagnes de marketing réalisées avec l'unique but de vendre des produits amaigrissants et aliments soi-disant light. Ce n'est pas par hasard que ce sont les grands colosses alimentaires à détenir les marques de produits diététiques plus présents sur le marché. Comme Heinz, qui contrôle Weight Watchers, ou Unilever, qui contrôle Slimfast.

actualité,produits diététiques,santé,femmes,régime alimentaire,forme,nutrition,activité physique,le statut social,beauté féminine,opinionDonc, ce que l'écrivain-activiste américaine Naomi Wolf soutenait il y a vingt ans et qu'elle affirmait dans son livre «Le Mythe de la Beauté» est encore valable: «le régime est le plus puissant sédatif politique de l'histoire des femmes».

À en croire la première impression, il semblerait vraiment que ce soit ainsi. En dépit du fait que les régimes:

a) ne fonctionnent pas (si ce n'était pas ainsi que prospèrerait l'industrie du «malheur féminin» faite d'idéaux de maigreur crées maintenant industriellement avec le Photoshop, promesses de bonheur et succès, sentiments de culpabilité, frustrations et haine pour le propre corps?),

b) ils allègent continuellement le porte-monnaie (sauf de celui qui les invente, logiquement),

c) sont sûrement ennuyeux. Qu'y a-t-il de plus monotone en effet qu'adhérer à un prototype toujours égal de féminité idéale?

actualité,produits diététiques,santé,femmes,régime alimentaire,forme,nutrition,activité physique,le statut social,beauté féminine,opinionL'exemple le plus éclatant reste Barbie, l'une des poupées les plus vendues au monde dans le commerce depuis le 9 Mars 1959. La poupée créée par Mattel s'est imposée comme icône culturelle en se transformant de jouet en obsession esthétique, malgré que différentes tentatives de comparaison anatomique avec un être humain montrent que si Barbie était une femme en chair et en os elle serait un monstre: le cou est trop petit pour tenir le poids de la tête, les extrémités minuscules sur lesquelles il serait impossible rester debout, la taille trop étroite pour contenir les organes vitaux. Les femmes veulent-elles vraiment toutes ressembler à une très mauvaise caricature de femme?

actualité,produits diététiques,santé,femmes,régime alimentaire,forme,nutrition,activité physique,le statut social,beauté féminine,opinionLe Régime Atkins, ou Atkins Nutritional Approach (Approche Nutritionnelle Atkins), est une diète à basse teneur d'hydrates de carbone créée par le Dr. Robert Atkins, qui a mené une recherche en interviewant 1.290 femmes dans le Royaume Uni pour comprendre leur attitude vers la diète, et comment ceci influence leurs relations. Eh bien: une femme sur dix se sentirait plus coupable en faisant «un écart» dans son régime qu'en trahissant le propre partenaire; une femme sur quatre a admis que la diète était plus importante que sa propre relation amoureuse; plus d'un troisième des femmes interviewées (37,5%) a dit de penser plus à la nourriture qu'au partenaire; plus  que la moitié (54%) a confessé de penser plus souvent à la nourriture qu'au sexe. Tout cela, à l'époque du total food show, où à n'importe quelle heure du jour et de la nuit il est possible de se syntoniser sur l'un des nombreux programmes télévisés et sur Internet qui mettent en vedette un chef aux fourneaux!

Mais existe-t'il une solution optimale? L'on pourrait argumenter qu'à la fin cela dépend des femmes elles-mêmes. Au lieu de chercher à ressembler à quelqu'un autre, elles pourraient commencer à faire des efforts pour une version meilleure d'elles mêmes (selon beaucoup de spécialistes de la beauté féminine les femmes pourraient simplement recourir peut-être à quelques «astuces» pour masquer les kilos de trop: chaussures avec des talons qui élancent la silhouette, vernis audaces sur les ongles des mains et des pieds pour détourner l'attention aux cuisses un peu «fortes», colliers et pendentifs pour attirer l'attention sur le décolleté), en récupérant la lucidité que régulièrement nous semblons perdre lorsque l'on parle de poids, de beauté et d'aspect extérieur.

actualité,produits diététiques,santé,femmes,régime alimentaire,forme,nutrition,activité physique,le statut social,beauté féminine,opinionMais à la fin la guerre aux stéréotypes du corps parfait qui frappe soit les femmes que les hommes nous fait penser qu'il faut commencer à écouter davantage et mieux notre corps et l'établir dans ce qui semblerait un concept facile, «mange quand tu as faim, arrête lorsque tu es rassasié» mais ca ne l'est pas du tout, surtout pour celui qui a établi sa vie alimentaire sur des années de diètes où la quantité de nourriture à assumer n'était pas réglée par le métabolisme, mais par des tableaux alimentaires, calculs de calories et semblables.

En fin de compte, manger sur la base de signaux de la faim naturels du corps, est la meilleure façon pour rejoindre un poids sain.

Ecrit par: Luis Batista


 
 

 

QR-Code de l'article: Les régimes et la guerre des tailles.

QRCode

Générateur de QR Code / Support et FAQ

 

 

 

Disclaimer

Adverbum ne représente pas une publication journalistique et est ajourné sans aucune périodicité.

L'auteur du blog n'est pas responsable du contenu des commentaires au post, ni du contenu des sites y reliés.

Quelques images et le matériel multimédia en général insérés dans ce blog sont tirés d'internet et, par conséquent, considérés de notoriété publique; au cas où leur publication violerait des éventuels droits d'auteur, il est prié de le communiquer via email et la publication sera immédiatement enlevée.


Les commentaires sont fermés.