Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 17 octobre 2012

Arrêtez «El devorador del Caribe»

amérique du sud,caraibe,poisson prédateur,prédateur,environnement,écologie,océans,science,lionfish,pterois,video,actualités«Poisson lion, tu es foutu!», écrit le journal en ligne de Palm Beach. Florida. Et il a raison. C'est la chasse – non, la pêche – grosse et sans frontières dans toute la mer des Caraïbes, de la côte américaine jusqu'en bas, en Amérique du sud. Après le président colombien Juan Manuel Santos, qui pour arrêter le petit poisson prédateur a annoncé une trêve au bénéfice des pêcheurs qui emploieront leurs filets pour en capturer le plus possible, même la Florida Fish and Wildlife Conservation Commission a déclaré «El devorador del Caribe» ennemi public, en suspendant l'obligation de licence pour qui voudra se dédier à son «extermination».


amérique du sud,caraibe,poisson prédateur,prédateur,environnement,écologie,océans,science,lionfish,pterois,video,actualitésEt en effet, le poisson lion, long au maximum une quarantaine de centimètres, originaire de l'Océan Indien, n'a pas, dans cette partie de l'Atlantique, beaucoup d'antagonistes naturels.

Ainsi, arrivé ici il y a une vingtaine d'années (difficile qu'il l'ait fait à la nage, étant donné sa paresse, plus probable que ce soit l'homme qui l'ait apporté, ou l'ouragan Andrew, en '92, en ravageant et en vidant la mer de quelques aquariums nord-américains) il s'est diffusé pire que les lapins en Australie. Et en étant un prédateur vorace, avec des aiguillons doués d'un puissant poison, qui a des effets importants même sur l'homme, y compris paralysie et crises cardiaques, il dévore sans contraste la faune qui habite la barrière de corail: les mérous, principaux ennemis, ont maintenant été décimés de la pêche commerciale.

amérique du sud,caraibe,poisson prédateur,prédateur,environnement,écologie,océans,science,lionfish,pterois,video,actualitésEt ceci risque d'être le coup de grâce du reef des Caraïbes désormais mourant, comme malheureusement c'est le cas de le dire. L'Union Mondiale de la Conservation de la Nature a à peine déclaré que seulement 8% des coraux montrent encore des signes de vie: il y a 40 ans, il y en avait encore 50%. Faute de la pollution des eaux, surtout.

Arrêtez le poisson lion, s'écrient-ils tous. Arrêtez l'homme, avant toute chose…

Approfondissement

Document: «Lionfish Brochure», (document PDF en anglais) de Florida Fish and Wildlife Conservation Commission.

Ecrit par: Luis Batista


 
 

 

QR-Code de l'article: Arrêtez «El devorador del Caribe».

Générateur de QR Code / Support et FAQ

 

 

 

Disclaimer

Adverbum ne représente pas une publication journalistique et est ajourné sans aucune périodicité.

L'auteur du blog n'est pas responsable du contenu des commentaires au post, ni du contenu des sites y reliés.

Quelques images et le matériel multimédia en général insérés dans ce blog sont tirés d'internet et, par conséquent, considérés de notoriété publique; au cas où leur publication violerait des éventuels droits d'auteur, il est prié de le communiquer via email et la publication sera immédiatement enlevée.


Les commentaires sont fermés.