Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 26 juin 2013

En Grèce l'austérité menace le droit à l'enfance

grèce,économie,pauvreté,faim,enfance,chômage,troïka,crise économique,unicef,sociale,droits de l'hommeLa crise économique qui frappe lourdement le peuple grec a mis à genou le pays, ceci est un fait maintenant globalement connu. L'économie hellénique est en chute libre, après s'être contractée du 20% dans les cinq dernières années. Le taux de chômage a dépassé les 27% (avec des pics qui varient selon la région entre 50% et 72% pour le chômage juvénile), résultant ainsi être le plus élevé en Europe, et 6 personnes sur 10 parmi ceux qui cherchent du travail ne travaille plus depuis plus de douze mois. Sont remarquables les malaises des travailleurs étatiques, des médecins, des immigrés, des jeunes qui ne trouvent pas d’emploi.


grèce,économie,pauvreté,faim,enfance,chômage,troïka,crise économique,unicef,sociale,droits de l'hommeMais c’est seulement très récemment qu’ont commencé à être évidentes les terribles conditions dans lesquelles se trouvent les enfants grecs et ceux des émigrés. Victimes des mesures de la Troïka (Banque centrale européenne, Union européenne et Fonds Mondial international) et de l'incapacité de leur gouvernement central de les défendre adéquatement.

L’on estime qu’à cause de la crise presque 600.000 enfants vivent maintenant en dessous du seuil de pauvreté ou sont dépourvus des qualités fondamentales pour vivre une vie normale. La situation est très préoccupante puisque le pourcentage d'enfants qui se trouve en état de pauvreté ou exclusion sociale, par rapport au 2011, a crû du 9,2%, touchant la cote de 30,4% ou 597.000 mineurs. 

Plus de la moitié des enfants qui vivent sous le seuil de pauvreté appartiennent à des noyaux familiaux dans laquelle il y a une forte privation matérielle, ou bien il y manque les produits de première nécessité pour la vie de la famille, en synthèse électricité, chauffage, vêtements. Dans certains cas il manque également la nourriture et un lieu où vivre, vu que souvent la perte du travail a comporté la perte de la maison ou l'impossibilité de payer une location. En Grèce, selon les estimations, 50,8% des familles avec des enfants se déclare empêchée à se permettre une semaine de vacances; 37,2% lutte pour payer les factures, les versements des cartes de crédit et les prêts; alors que 34,5% déclare sa difficulté à pouvoir couvrir des frais non programmés.

grèce,économie,pauvreté,faim,enfance,chômage,troïka,crise économique,unicef,sociale,droits de l'hommeCette situation risque de compromettre sérieusement la santé des enfants étant donné qu’une alimentation correcte est fondamentale pour la croissance d'un enfant et dans beaucoup de foyers, des aliments tels que viande, poisson ou certains légumes sont devenus des biens de luxe. En 2010 «seul» 21,6% des familles ne pouvait se permettre ces aliments. Aujourd'hui le pourcentage est plus que doublé, en arrivant au-delà de 44,3%. La Grèce est le pays d'Organisation pour la coopération et le développement économique (OCSE) avec le plus haut pourcentage d'enfants en insuffisance pondérale, et dans le récent rapport de l'Unicef concernant les mineurs en Grèce on cite même différents cas d'évanouissements d'enfants en classe, justement à cause de la dénutrition. Comme l’ont rapporté aux chercheurs de l'Unicef différents principaux des écoles primaires helléniques, «nous avons rejoint un point dans lequel les enfants en Grèce viennent à école affamés. Aujourd'hui, les familles ont des difficultés non seulement à trouver du travail, mais à survivre».

grèce,économie,pauvreté,faim,enfance,chômage,troïka,crise économique,unicef,sociale,droits de l'hommeSi cela ne suffisait pas à faire comprendre comment la situation pour la croissance des mineurs soit compromise, il va même rappellé que, vu les économies effectuées au système sanitaire, qui se répercutent surtout sur les bandes plus pauvres de la société, pour se soigner les grecs sont forcés à payer. Par conséquent même les soins médicaux deviennent un bien de luxe, et comme le poisson, la viande et les légumes, beaucoup de familles ne peuvent pas se les permettre, même pas pour leurs enfants. En quantifiant les économies effectuées rappelons que les fonds transmis au système sanitaire est descendu à 6% du Produit interne brut (PIL) en 2011 par rapport aux 7,4% de 2009, alors que pour les services hospitaliers de 3,6% à 3%.

Ces restrictions ont fait en sorte que 10% des familles ne soit aujourd'hui pas en mesure de couvrir les frais pour ses visites médicales. Et malheureusement ce pourcentage est destiné à augmenter, vu que les économies à la santé effectuées en 2012 et au début de 2013, avec de nouveaux licenciements, grèvent ultérieurement sur le système.

Ugrèce,économie,pauvreté,faim,enfance,chômage,troïka,crise économique,unicef,sociale,droits de l'hommen autre point fondamental de la situation qui frappe le pays est la croissance de la délinquance juvénile, la micro criminalité. Une plaie qui semble devenir toujours plus importante dans le pays, vu que depuis quelques années son taux a presque doublé (58%). La plupart des délinquants mineurs est de sexe masculin (87,1%), alors que les deux tiers sont étrangers. À accomplir généralement des petits vols sont les enfants d'âge compris entre 9 et 13 ans, qui vivent souvent dans les périphéries des grandes villes et appartiennent aux familles des couches plus pauvres de la société. Ces vols représentent un signal d'alarme très important puisque souvent ce qui est volé est de la nourriture et d’autres produits de première nécessité.

Lagrèce,économie,pauvreté,faim,enfance,chômage,troïka,crise économique,unicef,sociale,droits de l'homme délinquance juvénile est contrebalancée du fait que, depuis quelques années, le pourcentage d'individus qui ont complété l'instruction secondaire et tertiaire a augmenté. Tout cela cependant n'a pas déterminé une transition régulière dans le marché du travail. Sont considérables les hauts taux de chômage des jeunes d'âge compris entre 15-24 ans (55,3% en 2012 et 64,2% pour le mois de février 2013) et des pourcentages encore plus élevés de jeunes d'âge compris entre 15-18 ans (61,3% en 2012). Les chômeurs dans la tranche d'âge de 15-18 ans sont 73,2% (avec un accroissement de 35.1 points pourcentages). Ceci devient décidément préoccupant lorsqu’il s'associe aux difficiles conditions du pays et de leurs familles. Le facteur pauvreté, le malaise social et le chômage qui devient chronique pourraient forcer de larges bandes de jeunes à la délinquance pas par goût de malhonnêteté, mais pour le simple besoin de subsistance. La nécessité de survie.

Ungrèce,économie,pauvreté,faim,enfance,chômage,troïka,crise économique,unicef,sociale,droits de l'hommee récente estimation du médiateur des enfants (Ombudsman), met en évidence qu'en Grèce il y aurait au-delà de 100.000 mineurs qui travaillent pour contribuer à l'insuffisance du budget familial. Toujours plus souvent les enfants sont forcés à laisser l'école ou à mûrir beaucoup d'absences pour aider les parents en travaux occasionnels, liés généralement au tourisme, à l'agriculture ou à la basse main-d’œuvre. Quoi que ce soit, pourvu qu’ils ramènent à la maison quelques euros de plus. Le tout pendant que le Gouvernement guidé du Premier ministre Antonis Samaras suit les impératifs de la Troïka, basés sur l’austérité et les taxes, et cherche à recapitaliser les banques helléniques pour éviter le défaut, danger toujours en guet-apens.

Le Conseil d'État grec – la plus grande autorité judiciaire du Pays – a annulé «temporairement» la fermeture de la radiodiffusion-télévision publique Ert décidée récemment par le gouvernement et il en a ordonné la réouverture jusqu'à ce qu’un nouvel organisme audio-visuel public ne sera constitué, en sauvant pour l'instant environ 2.500 emplois. À cela doit être ajouté le fait qu'entre la fin de l'été seront licenciés les premiers deux mille employés publics, dernières victimes des économies établies par Bruxelles pour la concession des deux dernières tranches d'aides économiques. Autres licenciements qui pèseront sur d’autres familles et, très probablement, sur d’autres enfants et mineurs.

Approfondissement


Agrandir le plan

grèce,économie,pauvreté,faim,enfance,chômage,troïka,crise économique,unicef,sociale,droits de l'hommeDocument: “Η Κατασταση Των Παιδιων Στην Ελλαδα 2013“, (document pdf en langue grecque) par UNICEF Grèce et Université d'Athènes





Ecrit par: Luis Batista

 

 

 

 

QR-Code de l'article: En Grèce l'austérité menace le droit à l'enfance.

QRCode

Générateur de QR Code / Support et FAQ

 

 

 

 

Disclaimer

Adverbum ne représente pas une publication journalistique et est ajourné sans aucune périodicité.

L'auteur du blog n'est pas responsable du contenu des commentaires au post, ni du contenu des sites y reliés.

Quelques images et le matériel multimédia en général insérés dans ce blog sont tirés d'internet et, par conséquent, considérés de notoriété publique; au cas où leur publication violerait des éventuels droits d'auteur, il est prié de le communiquer via email et la publication sera immédiatement enlevée.

 

 

Les commentaires sont fermés.