Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 23 octobre 2013

Le cliché érotique et le sexto dans l'ère du digital et le jeu dangereux des jeunes

internet,sexto,cliché érotique,pédopornographie,pornographie enfantine,réseaux sociaux,sécurité,actualités,technologie,droits de l'hommeComme tant de choses dans la vie, tout commence par simple curiosité et par envie de jouer: une photo de soi, plus ou moins poussée, envoyée à une personne en laquelle l’on a confiance, que l’on connaît bien et que, peut-être même, l'on aime, ou du moins, l’on croit aimer. A partir de là, la photo entreprend un parcours que le jeune, mais en vérité également beaucoup d'adultes, ne réussit plus à contrôler, ni peut-être à en imaginer les destinataires finaux et la réelle utilisation, qui souvent risquent d'arriver à des destinations virtuelles dangereuses qui abusent de la bonne foi et de l’inexpérience des mineurs. Les jeunes usagers n'ont pas assez de conscience du réseau et de ses risques ainsi que de ses milles pièges. En épluchant les nombres alarmants des plus récents rapports, l’on observe un monde pédopornographique parasite qui rapidement s'empare de contenus visés. Voilà pourquoi faire du sexto, néologisme utilisé pour indiquer l'envoi de messages sexuellement explicites et/ou des images inhérentes au sexe, principalement par téléphone portable, mais également par d’autres moyens informatiques comme les réseaux sociaux, peut être très dangereux.


internet,sexto,cliché érotique,pédopornographie,pornographie enfantine,réseaux sociaux,sécurité,actualités,technologie,droits de l'hommeLe parcours basiquement est celui-ci: le/la jeune envoie des messages explicites accompagnés de photos qui la retraient nu/e ou même seulement dans une pose sensuelle, érotique, clignant de l'œil ou simplement trop malicieuse. Le/la jeune les reçoit sur le portable - avec l'arrivée des smartphones tout a été simplifié - et les transmet à son tour à un copain/copine, ou bien ce dernier les lui soustrait à son insu, ou bien encore, une fois finie la relation, l'ex-fiancé/e les répand intentionnellement sur les réseaux sociaux.

Déjà à ce point, le chemin de cette photo réalisée dans un moment d'intimité est à risque et le/ou la protagoniste de la photo n’est plus en mesure de la gérer, de la récupérer ou de la contrôler. Engloutie par le réseau, la photo digitale réalisée dans un moment d'envie de complicité et de démonstration d'affection vers quelqu'un de spécial devient inconfortable, voire même viral et se divulgue avec la vitesse d'un virus et surtout elle risque d'être remarquée par quelqu’un, qui de la pédopornographie en a fait un véritable business et en tant que tel, est traité avec une indifférence machiavélique et dans beaucoup de cas avec cruauté.

internet,sexto,cliché érotique,pédopornographie,pornographie enfantine,réseaux sociaux,sécurité,actualités,technologie,droits de l'hommeAprès la dénonciation de l'Internet Watch Foundation (IWF), charity britannique experte en traçabilité de contenus pédopornographiques, cette dernière modalité de diffusion des photos des adolescents est très diffuse. L’IWF a essayé en effet de compter combien sont les clichés osés pris et diffusés presque par jeu et qui sont filtrés ensuite par des sites hard, en concluant que le nombre est préoccupant et que l'immense majorité de photos et vidéos hard générés par les mêmes jeunes sont prélevés de l'emplacement originaire pour être publiés sur des sites pour adultes.

internet,sexto,cliché érotique,pédopornographie,pornographie enfantine,réseaux sociaux,sécurité,actualités,technologie,droits de l'hommeLes sites pédo-porno puisent en effet surtout des réseaux sociaux pour récupérer des photos de mineurs et alimenter un trafic malheureusement connu. Selon les experts ces clichés explicites et parfois même innocents constituent maintenant la source principale d'approvisionnement des sites pour adultes, avec des dégâts psychologiques, sociaux et émotifs incalculables pour les plus jeunes. Mais les jeunes n’en sont pas conscients, pas pleinement du moins. Pour ceci l’association britannique a décidé de compter toutes les images self-generated du web finies ensuite sur des sites pour adultes, en passant au crible le web pour 40 heures et en déterminant, dans cette fenêtre temporelle serrée, pas moins de 12.224 photos volées par 70 sites dédiés au porno. Ce qui signifie que, en faisant les justes proportions, dans un arc temporel plus important la masse de matériel photographique self-made qui finit dans le tour pornographique est à dire peu impressionnant.

internet,sexto,cliché érotique,pédopornographie,pornographie enfantine,réseaux sociaux,sécurité,actualités,technologie,droits de l'hommeInutile de dire qu'il serait mieux ne pas répandre de clichés hard en réseau. Il est également important de savoir que déjà dans le premier partage on perd le contrôle de l'image. Au cas où cependant l’on se soit trompé et l’on voudrait arrêter le chemin de ce cliché, l'unique moyen est celui de se tourner vers l'autorité de police qui s’occupe de contrôler tout ce qui vient diffusé en réseau, en défendant surtout les mineurs sujets à chaque type d'abus. Une fois la signalisation effectuée, l'autorité se chargera de déterminer le responsable de la publication et de la diffusion de l'image du mineur et successivement elle essayera de l'ôter définitivement du web. Mais il n’est pas toujours suffisant d’enlever une photo des sites parasites et il est juste de savoir que, une fois posté sur le web, un contenu pourrait y résider à temps indéterminé comme dans un cycle dantesque. Sans aucun droit à l'oubli ou à la pitié. 

Approfondissement

internet,sexto,cliché érotique,pédopornographie,pornographie enfantine,réseaux sociaux,sécurité,actualités,technologie,droits de l'hommeDocument: «IWF 2012 Annual and Charity Report» (document format pdf en Anglais) publié par Internet Watch Foundation.

Document: «Dénudé/e sur internet: la nouvelle lettre d’amour? L’usage de sextos chez les 14-25 ans» (document format pdf en Francaise) écrit par Francine Lavoie publié par École de Psychologie Université Laval.

Document: «Les sextos: Assurer la sécurité et la responsabilité des adolescents dans un monde adepte de technologie» (document format pdf en Francaise) écrit par DK Katzman publié par Société canadienne de pédiatrie.

Document: «L’influence des médias sur la sexualité des jeunes» (document format pdf en Francaise) écrit par Baïs Céline, Psychiatre CCRIAVS publié par Centre Hospitalier Universitaire CHU CHR de Montpellier.

Ecrit par: Luis Batista

 

 

 

 

QR-Code de l'article: Le cliché érotique et le sexto dans l'ère du digital et le jeu dangereux des jeunes.

QRCode

Générateur de QR Code / Support et FAQ

 

 

 

 

Disclaimer

Adverbum ne représente pas une publication journalistique et est ajourné sans aucune périodicité.

L'auteur du blog n'est pas responsable du contenu des commentaires au post, ni du contenu des sites y reliés.

Quelques images et le matériel multimédia en général insérés dans ce blog sont tirés d'internet et, par conséquent, considérés de notoriété publique; au cas où leur publication violerait des éventuels droits d'auteur, il est prié de le communiquer via email et la publication sera immédiatement enlevée.


Les commentaires sont fermés.