Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 27 août 2014

Massacre des éléphants en Afrique: la malédiction de l'ivoire

eléphants,afrique,ivoire,biodiversité,ecologie,nature,solidarité,animaux,droits des animaux,videoLa malédiction qui vient de la nuit des temps en Afrique a un nom « l'ivoire » et une victime prédestinée, les éléphants. Ces mammifères de couleur grise de grande masse, avec des yeux relativement petits et de grandes oreilles mobiles dotés de 2 défenses saillantes (desquelles on obtient l'ivoire) et d'une trompe risquent désormais l'extinction et non pas pour causes naturelles. En effet, si l’abattage continue, les éléphants africains disparaîtront de la planète dans moins d'un siècle : trop de bêtes massacrées, les nouveau-nés ne réussissent plus à compenser les massacres. Le rapport actuel entre les naissances et les meurtres s’est inverti, pour la première fois, il y a plus de carcasses que de nouveau-nés. Selon les chercheurs, pour résoudre la crise, il faut une réponse globale sans laquelle le déclin du grand mammifère africain menacé par les braconniers serait incessant.


eléphants,afrique,ivoire,biodiversité,ecologie,nature,solidarité,animaux,droits des animaux,videoLe problème est que la situation est critique surtout en Afrique centrale, (également appelée Afrique équatoriale), où le respect des animaux est une priorité pour peus : avant même que n’arrivait l'épidémie de l'Ebola, virus extrêmement agressif pour l'homme, qui cause une fièvre hémorragique et potentiellement mortelle, les êtres humains avaient à faire avec une belle série de calamités, et le trafic d'ivoire est l’un des grands canaux de financement des guerres qui perpétuellement enflamment le continent. Mais si hier ce commerce horrible était contrebalancé par la tendance naturelle de l'espèce à augmenter sa population, il n'est aujourd'hui plus ainsi. Une étude récente indique qu’entre 2010 et 2012 les meurtres illégaux sont devenus insoutenables pour l'espèce, avec un pic de 8% en 2011, suivant le calcul 40.000 éléphants ont été tués. Dans cette seule année, l'espèce s'est réduite du trois pour cents, et les données préalables ajournées en 2013 indiquent que la réduction a continué.

eléphants,afrique,ivoire,biodiversité,ecologie,nature,solidarité,animaux,droits des animaux,videoSelon une récente étude présentée par l’ONG « Elephant Action League », pour le groupe insurrectionnel islamiste actif en Somalie, al-Shabaab la contrebande d'ivoire vaut « de 200 à 600 mille dollars par mois : ils achètent et revendent les défenses », et l’on calcule que le trafic soit compris « entre une et trois tonnes par mois ». Le butin est inévitablement dirigé vers l'Asie, avec en tête la République populaire de Chine, qui reste le marché noir plus grand du monde même si, heureusement, quelque chose est en train de changer. Traffic, l'organisation fondée en 1976 ayant siège à Cambridge, dans le Royaume Uni, et qui tient sous contrôle le trafic international d'animaux sauvages, calcule avec 33 tonnes l'ivoire illégal séquestré depuis 2003 à Hong Kong, carrefour international de l'or blanc, en mai les autorités locales ont détruit un stock en l'incinérant comme signal de changement.

eléphants,afrique,ivoire,biodiversité,ecologie,nature,solidarité,animaux,droits des animaux,videoOn parle de tonnes de défenses, séquestrées à l'aéroport international Chek Lap Kok, l’un des plus trafiqués du continent asiatique, et dans toute la région, qui seront brûlées à Hong Kong mi-2015. C’est la décision du gouvernement local, qui a entrepris une bataille contre le marché noir de l'ivoire. De cette façon, les autorités espèrent contraster l'exorbitant tour d'affaires qui tourne autour des défenses d'éléphant, en décourageant les braconniers, spécialement les chinois.

Entretemps, Save the Elephants, une organisation non-profit avec siège à Londres, fondée en septembre 1993, a annoncé que les trois majeurs revendeurs ont conclu un accord pour enlever l'ivoire du catalogue de leurs magasins.

Deléphants,afrique,ivoire,biodiversité,ecologie,nature,solidarité,animaux,droits des animaux,videoepuis 2010, selon l'étude publiée en se basant sur les travaux du National Academy of Sciences (NAS), l'Académie des Sciences des Etats Unis d'Amérique, 7% des éléphants africains a été tués tous les ans, trop pour compenser la tendance naturelle de l'espèce à développer son nombre de 5% l'an, si personne ne les chassait pour voler leurs défenses. Dans l'Afrique centrale, la réduction continue dans la dernière décennie, mais dans le reste du continent la situation était meilleure. De plus, aujourd'hui, il est mis en évidence que «notre étude suggère que la population d'éléphants dans la savane de l'Est et en Afrique du sud est restée relativement stable ou a crû de 2002 à 2009, après quoi elle a commencé à se décliner ».

Si l’eléphants,afrique,ivoire,biodiversité,ecologie,nature,solidarité,animaux,droits des animaux,videoon ne veut pas délivrer les éléphants au destin des mammouths, il ne reste plus qu'à agir opportunément. Dans l'étude il est mis en évidence que « les efforts pour une rigoureuse conservation sur le terrain ont montré la réussite à endiguer le braconnage, et devraient donc être développés pour faire face à l'augmentation des meurtres ». Mais cela ne suffit pas, selon l'étude : « Une autre criticité est la croissance du marché final. Freiner la demande, spécialement en Asie, apparaît nécessaire pour réduire les prix de l'ivoire au marché noir et soulager la pression insoutenable des meurtres illégaux sur les animaux en liberté. Enfin, il faut intervenir pour contraster tous les niveaux de la chaîne de la contrebande ».

eléphants,afrique,ivoire,biodiversité,ecologie,nature,solidarité,animaux,droits des animaux,videoUne guerre qui demande un effort d'énergies et de ressources considérables à combattre dans un continent ravagé de l'omniprésente pauvreté économique et sociale, où les braconniers appâtent la population des villages en offrant 20 dollars par défense, et de conflits de guerre plus ou moins locaux. Dans ce scénario nous retrouvons ces géants gris qui promènent des défenses, où, risquant une balle du garde-chasse, un braconnier peut nourrir une famille qui meurt de faim. En octobre 2013, au Hwange National Park, en Zimbabwe, ont été tués plus de 300 éléphants dans une seule attaque, classifiée par les environnementalistes comme le pire massacre produit dans une unique action dans le sud du continent africain dans les derniers 25 ans. Le tout s'est produit dans la saison sèche, avec les braconniers qui ont empoisonné les puits dans lesquels ils s'abreuvaient, en tuant avec le cyanure les éléphants et tous les prédateurs de la chaîne alimentaire qui ont essayé de se nourrir avec la chair du grand mammifère. Un massacre monstrueux, de milliers d'animaux tués pour les défenses à expédier dans les marchés asiatiques.

En échange, les trafiquants et les braconniers, ont eu, beaucoup de beaux dollars avec lesquels acheter des armements. Et je parie, non pas pour tirer sur les animaux, cette fois. 

Approfondissement

eléphants,afrique,ivoire,biodiversité,ecologie,nature,solidarité,animaux,droits des animaux,video

eléphants,afrique,ivoire,biodiversité,ecologie,nature,solidarité,animaux,droits des animaux,videoDocument : « Illegal killing for ivory drives global decline in African elephants » ( file pdf en anglais ) Écrit par George Wittemyera, Joseph M. Northrupa, Julian Blancd, Iain Douglas-Hamiltonb, Patrick Omondif et Kenneth P. Burnhama Publié par Peter M. Kareiva, The Nature Conservancy.

Document : « Monitoring The Illegal Trade In Ivory And Other Elephant Specimens - Report Of The Secretariat (2013) » ( file pdf en anglais ) Écrit par Publié par Convention on International Trade in Endangered Species of Wild Fauna and Flora (CITES).

Document : «  Status of African elephant populations and levels of illegal killing and the illegal trade in ivory » ( file pdf en anglais ) Publié par CITES, IUCN et TRAFFIC International.

Document : «  Ivory demand in China » ( file pdf en anglais ) Publié par WildAid.

Document : « Out of Africa: Mapping the Global Trade in Illicit Elephant Ivory » ( file pdf en anglais ) Écrit par Varun Vira, Thomas Ewing, et Jackson Miller Publié par C4ADS et Born Free.

Document : «  A new statistical modeling framework to interpret ivory seizures data » ( file pdf en anglais ) Écrit par RW Burn et FM Underwood Publié par The University of Reading.

Document : « A Comparison of Social Organization in Asian Elephants and African Savannah Elephants (2012) » ( file pdf en anglais ) Écrit par Shermin de Silva et George Wittemyer Publié par Springer Science+Business Media, LLC.

Document: « Ivory and Insecurity: The Global Implications of Poaching in Africa » ( file pdf en anglais) Témoignage de Lain Douglas Hamilton, fondateur et CEO de Save the Elephants Devant le Committee on Foreign Relations U.S. Senate.

Document : « Les derniers éléphants du Sahel. Comportement migratoire, état de la population et histoire récente des éléphants du désert du Mali (2003) » ( file pdf en français ) Écrit par Blake, S., Bouché, P., Rasmussen, H., Orlando, A. et Douglas-Hamilton, I.Publié par Save The Elephants.

Document : « Save The Elephants – Annual Report 2013 » ( file pdf en anglais ) Publié par Save The Elephants.

Social network Twitter : « @ElephantLeague » Publié par Elephant Action League (EAL).

Social network Facebook : « Save The Elephants » Publié par Save The Elephants.

Social network Twitter : « @ste_kenya » Publié par Save The Elephants.

Écrit par : Luis Batista

 

 

 

 

QR-Code de l'article : Massacre des éléphants en Afrique: la malédiction de l'ivoire.

QRCode

Générateur de QR Code / Support et FAQ

 

 

 

 

Disclaimer

Adverbum ne représente pas une publication journalistique et est ajourné sans aucune périodicité.

L'auteur du blog n'est pas responsable du contenu des commentaires au post, ni du contenu des sites y reliés.

Quelques images et le matériel multimédia en général insérés dans ce blog sont tirés d'internet et, par conséquent, considérés de notoriété publique; au cas où leur publication violerait des éventuels droits d'auteur, il est prié de le communiquer via email et la publication sera immédiatement enlevée.

 

Les commentaires sont fermés.