Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 22 juin 2011

Mon ennemi est le symbole du mal

amis,ennemi,archi-ennemi,conflit,bin laden,humanité,globalisation,terrorisme,symboles,opinion«Il n'y a pas d'amis!» criait le sage mourant. «Il n'y a pas d'ennemis!», criai-je, moi le fou vivant. Dans les langues indo-européennes innombrables sont les mots de l'hostilité, les noms de l'ennemi. Ils se laissent regrouper en grandes familles, selon si l'on se réfère au combat, à la haine, à l'être étrangers; ils contiennent d'infinies nuances de significations, ils décrivent les contrapositions les plus diverses; en complexe, ils signifient la dimension de conflit qui appartient à l'événement humain, cette faute originaire qui semble faire en sorte que pour cohabiter avec nous, les amis, l'on doive en même temps lutter pour survivre, contre les autres, contre les ennemis.

Lire la suite

17:25 Écrit par LuisB dans Karma, Opinion, Paix, Politique, Religion, Vie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : amis, ennemi, archi-ennemi, conflit, bin laden, humanité, globalisation, terrorisme, symboles, opinion | |  Facebook | | | | Pin it! |

mercredi, 09 mars 2011

Les révoltes sur les terres du Raïs

manifestations,démocratie,dictateurs,egypte,libye,hosni moubarak,mouammar kadhafi,géopolitique,ben ali,tunisie,politique,videoLes tremblements de terre géopolitiques qui ébranlent l'entière bande Sud de la Méditerranée marquent l'authentique fin de l'ère coloniale. Théoriquement dépassée depuis plus d'un demi-siècle, cette longue phase historique ne s'était jamais épuisée. Soit aussi de façon indirecte, l'influence des puissances externes restait décisive. Les élites soi-disant postcoloniales devaient choisir entre l'isolation (le cas de la Libye jusqu'à hier) et la plus ou moins forte dépendance des puissances occidentales.

L'Egypte de Moubarak était dans ce sens le paradigme parfait.

Lire la suite

mercredi, 22 décembre 2010

Le toast du pouvoir à la "Glaciale" Maison Blanche

5271828665_21e7150be2_o.jpgC'était la nuit de la paix sur Terre, à la Maison Blanche de 1978. À peine quatre mois avant, Jimmy Carter avait arraché le miracle de l'embrassade entre Begin et Sadat, entre l'Egypte et l'Israël, et dans la Salle bleue au rez-de-chaussée, les 550 lumières de l'arbre décoré personnellement par Rosalynn Carter jetaient des taches de lumière gaie jusque sur le portrait renfrogné de Benjamin Harrison, le premier Président qui fit un sapin de Noël à la Maison Blanche, en 1889. À l'étage supérieur le petit orchestre des Marines en uniforme de fêtes exécutait avec obstination martiale les lamentations de saison pour les hôtes au dîner. C'aurait été la crèche parfaite d'un "Power Christmas", d'un Noël des puissants avec des ministres, conseillers, dames bien insérées de l'High society et financiers, si ce n'était pour un détail. Il manquait justement l'homme le plus puissant du monde. 

Lire la suite

19:44 Écrit par LuisB dans Culture, Loisirs, Opinion, Paix, Video, Vie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : maison blanche, noël, président américain, white house, histoire américaine, michelle obama, video | |  Facebook | | | | Pin it! |

mercredi, 10 novembre 2010

Qu'est-ce que la foi?

42-23612457.jpgLa foi exclusive qui mène à une séparation nette entre vérité et erreur est propre à l'homme religieux. Le philosophe est ouvert au doute, est toujours en chemin; le port où il arrive est seulement une étape d'un voyage sans fin, et il faut toujours se tenir prêt pour appareiller à nouveau. Entre la recherche de l'homme de foi et celle de l'homme de raison il y a cette différence: le premier cherche ce qu'il a déjà trouvé, le second ne trouve pas, parfois, même pas ce qu'il a plus intensément cherché.

Lire la suite